Le festival Cratère Surfaces propose le meilleur des arts en espace public, dans le Gard du 1er au 6 juillet

À l’assaut du patrimoine cévenol

• 1 juillet 2019⇒6 juillet 2019 •
Le festival Cratère Surfaces propose le meilleur des arts en espace public, dans le Gard du 1er au 6 juillet - Zibeline

Un œil à l’international, un autre sur le patrimoine naturel et industriel local, Cratère Surfaces propose le meilleur des arts en espace public.

Comme chaque été, le festival Cratère Surfaces déborde de la scène nationale pour se distiller dans les villages alentour, avant de converger vers Alès en fin de semaine. Une itinérance marquée cette année par la Cie Titanos, qui pose son Imperial Trans Kaïros dans un petit train touristique bidouillé, animé par deux orateurs hors pair des arts de la rue : Stanislas Hilairet et Diane Bonnot. Le festival gardois a ceci de particulier qu’il se tourne vers l’international, pour proposer des spectacles inédits à découvrir dans la quiétude des villages cévenols à la tombée du jour. Avec I Was Here, les Néerlandais DeJong & DeWitte invitent le spectateur à un parcours audioguidé sur smartphone, pour découvrir en réalité augmentée le parcours de vie d’un voisin effacé. L’artiste camerounais Zora Snake quant à lui s’attelle à la violence faite aux migrants avec Transfrontalier, l’être et sa bestialité. La metteuse en scène Anne-Laure Liégeois s’empare d’un mythe : Romeo et Juliette, joué par neuf comédiens marocains et sept comédiens français. Proposée en trois épisodes, cette coproduction exclusive se découvre au fil de la semaine, des rives du lac de Massillargues-Atuech aux anciens entrepôts Ducros d’Alès. Le festival ménage aussi une part aux formes plus traditionnelles telles que le clown (le Néozélandais Fraser Hooper, les Anglais Avanti Display) et les ambiances musicales venant clôturer chaque journée : fanfare KermesZ à l’Est, Frères Jacquard, Imperial Orphéon, Didier Super… Le partenariat avec La Verrerie voisine est entériné, offrant de récentes créations circassiennes : avec C.R.A.S.H., Anomalie relate un drame conjugal déployé en danse acrobatique, autour d’une voiture renversée. Le Cirque Pardi ! pioche dans les ambiances poussiéreuses à la Wim Wenders, pour une fresque cinématographique et funambulesque autour d’une vieille Mercedes (Rouge Nord). Enfin, la Cie Inextremiste laissera s’envoler sa fameuse montgolfière pour un final défiant la gravité !

Hêtre et Phasme

Poser le diptyque Hêtre et Phasme de la Cie Libertivore au sein des 34 hectares de la Bambouseraie de Générargues, c’est renouer avec l’essence même de ces formes courtes imaginées par la circassienne marseillaise Fanny Soriano. Dans Hêtre, une jeune fille confronte la fragilité de sa peau et la ténacité de son être à une branche de bois en suspension, inédit agrès acéré. Dans Phasme, un duo d’acrobates donne vie à des figures énigmatiques, ancrées au sol ou s’érigeant dans les airs, parfois bête à deux têtes ou chimère évanescente. Les deux pièces se répondent, explorant les circonvolutions d’un corps matière plongé dans un biotope tantôt accueillant, tantôt hostile. Le diptyque se joue les 2 et 3 juillet à la Bambouseraie, à 19h30. Hêtre poursuit ensuite sa route le 4 juillet à la terrasse des Figuiers de Vézénobres à 20h30, et les 5 et 6 juillet dans le Jardin du Bosquet d’Alès à 18h30. Attention, inscription obligatoire pour ces spectacles à jauge limitée.

JULIE BORDENAVE
Juin 2019

Cratère Surfaces
1er au 6 juillet
Alès, Saint-Jean-du-Gard, Massillargues-Atuech, Anduze, La Bambouseraie, Vézénobres
04 66 52 52 64 cratere-surfaces.com

Photo : Phasmes © Joseph Banderet