La 2e saison de La Garance, au plus près des cœurs

À bras le corps !

La 2e saison de La Garance, au plus près des cœurs - Zibeline

Après l’année de la découverte, cette 2e saison de La Garance dirigée par Didier Le Corre confirme les prémices d’un renouvellement en profondeur. Et pas uniquement grâce au relooking du hall teinté d’anamorphoses, et d’une programmation de 35 spectacles aux multiples croisements artistiques ! Certes la scène nationale, qui a augmenté de 5% sa fréquentation, garde ses missions d’ouvrir sa maison sans exclusion à la création artistique contemporaine, mais elle confirme sa volonté de développer l’action culturelle en impliquant les artistes, nationaux et régionaux, sur son territoire. «Seul on va plus vite. Ensemble, on va plus loin», c’est en substance ce à quoi la maison s’engage en leur offrant «du temps» pour travailler et rencontrer la population : 8 «artistes-compagnons» sont ainsi associés sur 2 ans. Certains finaliseront et/ou présenteront dès cette saison leurs projets, souvent par deux fois : Laurance Henry déposera des «boites à trouille» sur le département pour nourrir un diptyque sur les peurs, Pauline Bureau présentera des pièces sur les secrets de famille et l’adolescence, Estelle Savasta créera aussi avec les ados, en direct de Cavaillon. D’autres seront accompagnés sur la durée, comme Olivier Barrère ou Agnès Régolo qui montera -et jouera, la bonne nouvelle !- du Lagarce,

Renouvellement aussi du côté de la programmation qui se nourrit de transversalité pour parler du monde d’aujourd’hui. Bienheureux sont ceux qui rêvent debout sans marcher sur leurs vies illustrera idéalement ce croisement disciplinaire. Tout comme la danse verticale d’Antoine le Menestrel dans les Grimpeurs (é)perdus, le projet (de 7h) autour du vin du conteur Sébastien Barrier, ou la Cie associée Arcosm qui entremêle musique et danse. Et encore Dorian Rossel dans Oblomov et l’Usage du monde présenté en Nomade(s). Les villages recevront également la cie de marionnettes Zigomars, et le Trio Chemirani qui clôturera, en toute beauté, la saison.

Quant aux partenariats, précieux, ils se poursuivent avec la musicale Gare de Coustellet (Faada Freedy, Jeanne Added), les Hivernales (Florence Caillon), le Vélo Théâtre (Agnès Limbos, et un magnifique projet au long cours Marathon de danse, Fleisch, de Pauline Laidet), les Halles (Dynamo théâtre), Festo Pitcho (Julien Candy) ; ou s’entament, au festival Parallèle (Variations orientalistes), avec L’Ajmi lors d’un parcours autour de L’étranger de Camus dans Réminiscences (après Meursaults, voir p72). L’ERAC créera Reste(s) de Lars Noren, l’ORAP donnera un concert symphonique, et les Floyd revivront dans Dark side of the moon. Sans oublier la Cie Käfig (Pixel), Christian Rizzo (D’après une histoire vraie), François Rancillac (Place royale)…

Une saison qui prend la création à bras le corps et au plus près des cœurs !

DELPHINE MICHELANGELI
Septembre 2015

Photo : A l’ombre de nos peur c Dominique Vérité

La Garance
Scène nationale de Cavaillon
Rue du Languedoc
84306 Cavaillon
04 90 78 64 64
www.lagarance.com