HiverÔmomes puis Les Hivernales : la danse est reine du 15 février au 3 mars à Avignon

40 ans, le bel âge

• 15 février 2018⇒21 février 2018, 23 février 2018⇒3 mars 2018 •
HiverÔmomes puis Les Hivernales : la danse est reine du 15 février au 3 mars à Avignon - Zibeline

Les Hivernales, festival du Centre de Développement Chorégraphique National d’Avignon, proposent une édition au programme enthousiasmant.

On eu peur pour le CDCN, ces dernières années. Avant qu’il devienne national et puisse accueillir des artistes associés, et mettre en place des synergies avec les autres CDC ; avant, surtout, qu’il « redresse la barre » comme le dit Isabelle Martin-Bridot, nommée à sa tête en 2016 et héritant d’un déficit conséquent, et d’une polémique avec leur bailleur. Les Hivernales allaient-elles perdre leur théâtre ? La directrice nous assure que le bail les protège jusqu’en 2020, et que les partenaires institutionnels, de la Ville à l’État, sont d’accord pour trouver un lieu conforme aux besoins. C’est donc avec un budget conforté de 900 000 euros, un déficit presque remonté grâce à une équipe réduite et passionnée, que la 40e édition est lancée.

Au programme ? Un menu de choix. Qui a commencé par des apéritifs inattendus : Yoann Bourgeois, suspendu entre harpe et trampoline, a donné une couleur cirque à l’opéra Confluence le 2 février, tandis que les étudiants Arts du spectacle ont mis la ville en marche en hommage à Pina Bausch. Des expos photos et un cycle documentaire explorent encore la mémoire de la danse contemporaine…

Pour les enfants

À partir du 15 février, les HiverÔmomes proposent 5 pièces aux enfants juste avant les vacances. L’an dernier, la programmation a eu tant de succès auprès des adultes avignonnais (qui représentent près de 80% du public du festival) que les enfants ont eu du mal à s’y rendre ! Cette année, des places leur seront réservées… Au programme Christian & François Ben Aïm explorent une Forêt ébouriffée, celle du conte de Mélusine Thiry, qui a créé les vidéos du spectacle ; Isida Micani, chorégraphe associée au CNDC de Roubaix, joue la complicité en invitant les enfants autour d’une table –Tavola– sensible ; le Théâtre de la Guimbarde propose un Bal des bébés, pour que ceux qui ne marchent pas encore expérimentent la joie de danser portés ; Arthur Perole reprend Rock’n Chair, une pièce qui explore le rapport du corps à l’espace, et au regard. Également programmé les 13 et 14 mars au Théâtre Durance, et du 22 au 24 mai à Théâtres en Dracénie) ; enfin Christian Ubl crée H&G, d’après Hansel et Gretel et son rapport à la nourriture (également le 20 février au Théâtre de Fos dans le cadre des Élancées, et du 22 au 24 février au Massalia).

Région et associés

Puis on entrera dans les Hivernales proprement dites. On y rencontrera de nombreux créateurs de la région, car Isabelle Martin-Bridot prend sa mission de « Développement Chorégraphique » très au sérieux : Antoine le Ménestrel grimpera la façade de l’Eglise des Célestins, et on retrouvera aussi Eric Oberdorff et son Corps Palimpseste, Ex Nihilo sur un plateau (Paradise is not enough), Georges Appaix (What do you think ?). Michaël Allibert et Jérôme Grivel qui reprendront leur Etude de la chute des corps à la fondation Lambert, sans doute plus adaptée à leur radicalité plastique que le Forum de Carros (voir Zib’ 113), et Liam Warren viendra créer Intersum, un trio sur l’intervalle suspendu du plongeon, qu’il a répété au Klap.

Enfin les artistes associés du CDCN (Naif production) présenteront, cette fois, chacun son spectacle : La Chair a ses raisons Mathieu Desseigne expose son dos plutôt que son « envie de gigoter », Des gestes blancs Sylvain Bouillet danse la paternité, avec son jeune fils.

Les artistes associés aux autres CDCN seront également présents, conformément à l’esprit de diffusion commune de ce réseau national. Ainsi Alexandre Roccoli qui explore la mémoire des gestes des ouvrières italiennes du textile (Weaver Quintet), et Marlene Monteiro Freitas qui présente avec Andreas Merk un Jaguar déjanté, libertaire et jubilatoire.

Promesses et stars

Mais il y aura aussi des chorégraphes venus du hip hop, comme Rafael Smadja ou Jann Gallois, artiste associée à Chaillot qui crée un Quintette très attendu. Une autre femme dans cette programmation qui en compte peu : Fré Werbrouck, artiste belge qui travaille sur l’immobilité, présentera Phasme aux Doms. Et puis aussi deux stars chorégraphiques : Daniel Larrieu toujours aussi subtil, Maguy Marin toujours aussi géniale. Et le Ballet de Lorraine pour clôturer, avec un programme de créations (Rachid Ouramdane et Jacobsson & Caley) conçu en partenariat avec le Festival d’Avignon. Une première, dans une édition qui rayonne de Cavaillon à La FabricA et met tout un territoire en effervescence. Décidément, les Hivernales vont bien…

AGNÈS FRESCHEL
Février 2018

HiverÔmomes
15 au 21 février

Les Hivernales
23 février au 3 mars

Divers lieux, Avignon

Photo : Quintette, Jann Gallois -c- Laurent Philippe


Les Hivernales
18 rue Guillaume Puy
84000 Avignon
09 63 53 58 55
http://www.hivernales-avignon.com/