Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Le Festival des Correspondances fête ses 20 ans cette année. A Manosque, du 26 au 30 septembre

20 ans de Correspondances

• 26 septembre 2018⇒30 septembre 2018 •
Le Festival des Correspondances fête ses 20 ans cette année. A Manosque, du 26 au 30 septembre - Zibeline

Manosque fête la vingtième édition du Festival des Correspondances. Cette manifestation, coïncidant avec la rentrée littéraire, s’est fortement ancrée dans le paysage manosquin mais aussi régional et national, et a su faire sortir la littérature des salons

« Putain ! Vingt ans si j’ose dire » glisse, sotto voce, Pascal Antiq, vice-président de la DLVA (Durance-Luberon-Verdon Agglomération) et délégué à la culture, « depuis que l’on a vu débarquer pour la première fois en 1999, cette horde de parisiens… le Festival est devenu à part entière manosquin, enracinant dans notre ville, à chaque rentrée, performances et créations artistiques et littéraires. Il ne s’agit pas d’une foire aux livres, assortie de simples dédicaces, mais d’un réel partage avec le public, par le biais de débats d’auteurs, de rencontres, de spectacles… ».

« Vingt ans, on dit parfois que c’est le plus bel âge. C’est relatif : pour un chat, ce n’est pas formidable, mais pour un festival, ce n’est pas mal du tout », renchérit Olivier Chaudenson, co-directeur des Correspondances, aux côtés d’Evelyn Prawidlo.

« Le festival a grandi doucement et nous avec »…

Les souvenirs s’égrainent, les auvents des cafés sous lesquels se réfugiaient les rencontres avec les auteurs, les vraies poules venues assortir leurs gloussements aux mots de l’écritoire-poulailler, la lecture de Jacques Higelin de près de quatre heures au théâtre Jean Le Bleu (excédant de trois heures le spectacle initialement prévu)… Pour mémoire, Mathieu Almaric et Mahut reprendront la lecture de Lettres d’amour d’un soldat de vingt ans d’Higelin lors de la soirée d’ouverture. Un livre collectif célèbre à sa manière cet anniversaire : Une nuit à Manosque (hors-série Littérature, Gallimard, lire p. 46). Le Centre culturel Jean Giono accueille l’exposition rétrospective des clichés de François-Xavier Emery qui a photographié année après année les temps forts ou insolites des Correspondances, et a su en saisir l’esprit : auteurs, artistes, lieux, en noir et blanc, une véritable histoire de la littérature ! Un Bal littéraire des 20 ans imaginé par Fabrice Melquiot et Emmanuel Demarcy-Mota invite dès l’aube cinq auteurs à écrire des textes courts dont la fin correspond au titre d’une chanson connue ; on écoute les récits, puis on se livre à la danse ! Les deux directeurs ont souhaité pour cet anniversaire la présence d’artistes qui ont marqué ces journées de fin septembre… Tous ont accepté. « Comment vous dire non, Manosque est ma terre natale », a répondu Maylis de Kerangal. Compagnonnages, fidélités, découverte de nouveaux écrivains… l’édition des vingt ans recevra une soixantaine d’auteurs dont 29 femmes, « presque la parité ». Autre nouveauté « spéciale 20 ans », un Live Magazine clôturera le Festival, rassemblant sur scène auteurs, artistes, qui tour à tour raconteront « le monde en mots, images et sons ». Cet évènement unique verra défiler entre autres Miguel Bonnefoy, Thomas Clerc, Valérie Cordy, Maylis de Kerangal, Dany Laferrière, Clémentine Mélois, Alice Zeniter… « Une clôture festive inédite qui nous mettra des étoiles dans la tête » sourit Evelyn Prawidlo.

Littérature pour tous

Le travail des Correspondances s’étale sur l’année, insiste Bernard Sourice, directeur du service culturel DLVA, le réseau des médiathèques instaurant une dynamique autour de la lecture publique. Le prix des médiathèques de la DLVA croise la programmation du festival, l’association Éclat de Lire a permis d’élargir le public en ouvrant le festival aux collèges et lycées de la région. À souligner aussi l’implication des libraires, qui ouvrent leurs portes aux débats, commandent les ouvrages, guident les lecteurs, reçoivent les auteurs. Le Centre Giono, qui héberge depuis un an le siège des Correspondances propose les délicieuses parenthèses du mardi… Les écritoires de Jean Lautrey incitent les passants à s’adonner aux délices de l’écrit tandis que l’écritoire à Vertiges de Lise Couzinier et Olivier Lubeck engage le public à vivre une expérience poétique où se conjuguent les vertiges des hauteurs et ceux de l’écriture. Stylos, papier, enveloppes et affranchissement par les Correspondances vous attendent… tout est invitation à l’écriture, au partage, à la jonction entre les mots et les choses !

Vivre l’écrit

Les Correspondances poursuivent le programme d’écrivains en résidence et accueillent la journaliste, musicienne, écrivaine, comédienne Blandine Rinkel, membre du groupe Catastrophe (collectif d’une dizaine de jeunes artistes de moins de trente ans). Si la matière même des mots se retrouve dans les calligraphies urbaines d’Henri Mérou, on goûtera aux lectures à voix nue ou musicales, au cœur des lieux les plus variés (places, auditorium du conservatoire, salles du théâtre Jean le Bleu). On écoutera, entre autres, Jacques Gamblin, Laure Calamy et Jérémy Hababou, Laurent Poitrenaux et Dominique Reymond. Les concerts littéraires convieront tour à tour Dominique A, Juliette Armanet, Barbara Carlotti, Pauline Jambet, et Rodolphe Burger et Bertrand Belin pour un hommage appuyé à Paul Otchakovsky-Laurens. On se laissera porter par les lectures des auteurs, on participera aux apéros et karaokés littéraires, on se lovera dans Silence on lit !, ou dans les Siestes littéraires, on se nourrira des entretiens, qui joueront parfois du pastiche, lors de Grands Entretiens entre Giono et Simone de Beauvoir ou Marguerite Duras et Simenon. On se plaira aux propositions du OFF (grand festival oblige !) avec ses rencontres, ses expositions, ses balades, ses ateliers, son alléchant programme jeunesse… Un focus particulier sur la traduction, avec le concours d’ATLAS, permettra la confrontation entre un auteur et son traducteur, un atelier « traducteur d’un jour », et une joute de traduction entre Agnès Desarthe et Santiago Artozqui sur une chanson intraduisible de Cole Porter…

À Manosque, la littérature se vit, pleinement !

MARYVONNE COLOMBANI
Septembre 2018

Correspondances
26 au 30 septembre
Divers lieux, Manosque
04 92 75 67 83 correspondances-manosque.org

Photo : Rencontre avec Alice Zeniter, place de l’Hôtel-de-Ville, 2017 -c- François-Xavier Emery