Détours en région, pour faire connaître les musiques savantes au delà du cercle des initiés

Prodiguons la musique !

Détours en région, pour faire connaître les musiques savantes au delà du cercle des initiés - Zibeline

« Impacter la diffusion des musiques savantes et placer les publics en son centre », le credo du dispositif Détours en région porté par Prodig’Art et son directeur Maxime Wagner innove et lance un pari sur l’avenir.

« Les musiques savantes peinent à trouver leur place dans les programmations des scènes généralistes ce qui empêche leur diffusion au plus grand nombre. L’objectif de Détours en région est de démontrer qu’une médiation adaptée peut changer le rapport au public de ces musiques ».

En deux phrases, le ton est donné : l’élitisme musical n’aura plus lieu ! Grâce à l’audace créative du projet Détours en région, les musiques savantes, qu’elles soient baroques ou contemporaines, sortent de leur territoire et des préjugés sur leur pseudo complexité. Pour être comprises, ces partitions anciennes ou résolument modernes doivent être diffusées sans crainte des programmateurs, parce qu’on peut les raconter, les expliquer… au delà du cercle des initiés.

Comment cette histoire a-t-elle commencé ? Une première rencontre en 2015 autour du Festival Les Musiques (Gmem) a permis de développer le dispositif l’année suivante au théâtre de Grasse en passant à la phase de production (treize programmateurs présents dont une scène nationale, un centre de création national, le Festival de Chaillol, onze ensembles de la région…). L’objectif ? Organiser une tournée autour d’un ou plusieurs ensembles, associée à un important dispositif de médiation. Le premier ensemble sera le Café Zimmermann avec une tournée de 9 dates en région (du 23 mars au 7 avril) mais surtout 24 temps de médiation organisés par Prodig’Art.

Acte militant d’ouverture sur le long terme, ce projet est simple : permettre aux ensembles de musiques savantes de la région d’être davantage programmés dans leur territoire et de rencontrer le public, placé au centre du projet de création.

Est-ce la fin de la frilosité des programmateurs autour d’ensembles régionaux au rayonnement souvent  international ? Maxime Wagner veut œuvrer pour des rencontres humaines, des médiations adaptées aux spécificités des territoires autour des dates de concerts. Trois temps de rencontres, encadrés par le compositeur Jean-Christophe Marti et le metteur en scène Pablo Volo, sont ainsi destinés à des groupes de publics identifiés en amont de chaque concert. Afin d’appréhender au mieux la musique baroque proposée par l’ensemble Zimmermann, un travail sur le corps est proposé jusqu’à la rencontre avec les musiciens. La rencontre, la médiation deviennent alors l’élément central, qui construira et consolidera les passerelles entre des mondes qui peuvent se côtoyer si on leur en donne la possibilité, et surtout l’habitude….

FRÉDÉRIC ISOLETTA
Février 2017

06 60 93 19 49
prodigart.org

Photo : -c- Maxime Wagner