Entretien avec Cerise Jouinot, nouvelle directrice du Cinéma 3 Casino de Gardanne

Pour un cinéma exigeant et populaire

Entretien avec Cerise Jouinot, nouvelle directrice du Cinéma 3 Casino de Gardanne - Zibeline

Nouvelle directrice du Cinéma 3 Casino de Gardanne, Cerise Jouinot est issue de la Fémis, et a dirigé un mono-écran en Charente-Maritime. Gardanne est un retour aux sources pour celle qui a étudié à Aix-en-Provence. Avec enfin trois salles… ou presque !

Zibeline : Qu’en est-il de la salle 1, toujours fermée, et de sa fameuse poutre ?

Cerise Jouinot : L’association n’a jamais reçu les expertises mais le montant des réparations est estimé entre 800 000 et 300 000 euros… Nous voudrions mener une contre-expertise ! Il existe le projet d’un grand complexe culturel qui unirait les écoles de musique, danse, arts plastique et des salles de cinéma, mais il faudra plusieurs années pour mettre en œuvre une construction aussi ambitieuse. En attendant, le cinéma poursuit ses activités, en gardant le bel esprit que lui avait insufflé Régine Juin.

Quel est son statut ?

Les murs appartiennent à la mairie, mais le cinéma est géré par une association indépendante qui reçoit des subventions de la part de la mairie, du CG13 et de la Région, et bien sûr celle qui découle du Label Art et Essai par la DRAC PACA. Je m’étonne d’ailleurs de certains propos qui annoncent des sommes pharamineuses, comme 2 millions d’euros de subvention, sans préciser que c’est sur dix ans, donc 200 000 euros en moyenne par an…

Le prix des places est remarquablement bas, à 5,50 euros avec la carte. Il découle du fait que le cinéma est subventionné, justement, il a un devoir d’être accessible à tous, en répondant aux critères de ses différents labels, «Art et Essai», «Jeune Public» et «Recherche et Découverte», par une ouverture sur le monde, de qualité, avec les films en VO…

Certains parlent à ce propos d’élitisme…

Non, il n’est pas besoin d’être initié pour voir La famille Bélier ou Pourquoi j’ai mangé mon père… Grâce au numérique on peut avoir les versions VO et VF, selon les séances. Sauf quand la double version n’existe pas, comme pour Taxi Téhéran de Jafar Panahi. La VF permet à certains publics d’accéder à des œuvres vers lesquelles ils ne seraient pas allés autrement, et amener les gens vers la VO est aussi un travail que nous avons à accomplir. Trouver des pépites cinéma et les faire partager est une priorité, y compris aux scolaires qui doivent être ici au premier plan. J’envisage d’ailleurs des ciné-concerts en relation avec l’école de musique.

Allez-vous infléchir l’esprit de la programmation ?

Le maintien des festivals ne se discute pas ! Que ce soit le Festival d’automne ou le Festival éco-citoyen, très participatif puisque la programmation s’effectue avec les associations. Les rendez-vous du mardi permettent de revenir sur des trésors du cinéma… Nous adhérons aussi cette année à l’ACID, ce qui permettra de nouvelles rencontres avec les réalisateurs. Mon ambition est aussi de développer le jeune public, avec des ciné-goûters pour les plus grands et lumière tamisée et son réduit à partir de deux ans. Avec un mini-festival jeune public, sans doute au printemps. J’ai aussi proposé un ciné-club au Centre Charpak de Gardanne. Notre cinéma est un bastion culturel au cœur de la cité, passeur d’images, d’émotions et de sens.

Propos recueillis par MARYVONNE COLOMBANI
Mai 2015

Photo : Cerise Jouinot, Directrice du Cinéma 3 Casino de Gardanne -c- Maryvonne Colombani


Cinéma 3 Casino
11 Cours Forbin
13120 Gardanne
04 42 51 44 93
http://www.cinema-gardanne.com