Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Philo Kakou n°24

Philo Kakou 24

Philo Kakou n°24 - Zibeline

«Cacou » ; en provençal, celui qui se la pète, qui fait le fanfaron. En grec Kakou est le génitif de kakos, mauvais, laid. Donc Philo Kakou, la philosophie du mauvais ! 


L’Éthique à Baruch ! 

C’est amusant la liberté, Paul Valery disait que c’est « un de ces détestables mots qui ont plus de valeur que de sens, qui chantent plus qu’ils ne parlent ». Eh ben, à ce compte-là on pourrait en détester pas mal, des mots ! Mais pas la liberté qui peut être très signifiante quand on la fait parler un peu philosophiquement ; elle se chante en différentes langues, ce n’est pas la même chose. La semaine dernière, Descartes nous chantait sa version « libre spontanée et volontaire ». Bref pour dégager l’absurdité qui consiste à dire « je fais ce que je veux, donc j’hésite » comme la marque de la liberté, le brave René concluait que pour être libre il fallait faire les choses volontiers. Pas mal : quelqu’un d’engagé ne va pas hésiter à faire certaines choses en fonction de ses valeurs ; donc on peut le qualifier de plus libre qu’un autre, qui n’a pas de valeur et pour qui toutes choses se valent ou presque. Problème : celui qui n’hésite pas chaque soir à se caler devant sa télé, sans même prendre en compte la possibilité d’autres choix ou sorties plus intéressantes, celui-là est-il libre ? Non. On se trouve dans une impasse, le seul moyen d’en sortir est de défoncer le mur en face de nous, et ce mur c’est notre conscience, ou la représentation qu’on se fait de nous-mêmes et de nos actions.

Et c’est là qu’intervient le grand Baruch, dit Spinoza. Procurez-vous son Éthique, grignotez-la par petits bouts, elle est faite de scolies, de démonstrations qu’il faut un certain temps à digérer ! Notamment si on commence par le début : le brave polisseur de lentilles (oui, oui c’était son métier) attaque directement par Dieu, ce qu’il est, ce qu’il fait, comment il se rase, comment on peut le concevoir ! Alors faut s’accrocher !

Donc conseil d’ami et devoir à faire pour la semaine prochaine : commencer par l’appendice au livre I, ce sont sept pages des plus ahurissantes et formidables de l’histoire de la philosophie, vous m’en direz des nouvelles ! Et on en reparle.

REGIS VLACHOS
Mars 2019