Journal Zibeline - bannière pub

Philo Kakou Episode 2

Philo Kakou 2

Philo Kakou Episode 2 - Zibeline

«Cacou » ; en provençal, celui qui se la pète, qui fait le fanfaron. En grec Kakou est le génitif de kakos, mauvais, laid. Donc Philo Kakou, c’est la philosophie du mauvais !

Nous avons vu la semaine dernière que Platon, avec sa philosophie dont nous sommes les héritiers, avait enterré la philo Kakou des mauvais sophistes ; pour ces derniers la vérité appartient au discours, à celui qui raisonne et parle le mieux ; tout le monde peut s’y exercer, c’est démocratique. Mais pour Platon, ennemi contemporain des sophistes, la vérité est ailleurs, dans un autre monde, le monde des idées. Il y a la chose telle qu’on la voit, et l’idée de la chose à laquelle seul le philosophe peut accéder. Pas le peuple ! C’est ainsi que Platon dénie la démocratie, mais invente la science : le philosophe de cette époque n’est pas que philosophe, et son champ englobe la science en général.

Il était possible pour un savant, jusqu’à la fin du siècle des Lumières environ, de tout savoir sur l’état des sciences de son époque. C’est le cas de Goethe, de Newton qui était aussi philosophe ; de Pascal, Descartes, Spinoza qui étaient aussi scientifiques.

Et pour ce qui est de la science, Platon a raison, la vérité n’est pas ce qu’on voit et tout le monde ne peut donner son avis. C’est par le seul calcul théorique qu’on a déduit que la Terre tournait autour du soleil contrairement aux apparences. La vérité n’appartient pas au domaine du discours, il faut la confier aux spécialistes.

Et ce fut une étape décisive, rendons hommage à Platon que nous taquinions la semaine dernière. Il a permis, sans le faire exprès le pauvre, l’essor du monothéisme par son invention des deux mondes : celui des apparences où nous sommes plongés et empêtrés -et ça pègue !- et celui des Idées, où se cache la vérité.

Vérité qui en grec signifie « ce qu’il ne faut pas oublier » ! Et oui ! Explication la semaine prochaine…

REGIS VLACHOS
Septembre 2018

Illustration : René Descartes peint par Frans Hals (Musée du Louvre)