Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Philo Kakou n° 13

Philo Kakou 13

Philo Kakou n° 13 - Zibeline

«Cacou » ; en provençal, celui qui se la pète, qui fait le fanfaron. En grec Kakou est le génitif de kakos, mauvais, laid. Donc Philo Kakou, la philosophie du mauvais !

Avec Aristote et Platon, toutes les questions de la philosophie se posent. Rappelons la première : qu’est-ce qui fait qu’une chose est ce qu’elle est ? Il peut y avoir, par exemple, des conjonctions d’atomes hasardeuses comme le pensait avec une belle intuition Démocrite ; d’autres présocratiques mettront en avant les quatre éléments. Mais Platon va balancer à la poubelle et se foutre de la gueule de ses prédécesseurs. Il y mettra de la spiritualité, on l’a assez dit : il y a un ciel des idées qui porte en lui l’essence des choses.

Aristote reviendra à l’observation et s’interrogera sur les causes. Et nous en étions là la semaine dernière : la fameuse régression à l’infini. La raison d’être de cet arbre, c’est la graine qui l’a précédé, et cette graine vient d’un autre arbre. Et c’est là une autre des grandes questions de la philosophie : où s’arrêter ? D’où l’idée d’un premier moteur pour Aristote, qu’il se garde bien d’appeler Dieu : ça ce sont ces farfelus de chrétiens qui s’en chargeront !

La question de l’origine perturbe toujours les interrogations métaphysiques, même de notre modernité. On peut concevoir que la vie est le fruit du hasard, c’est la leçon de Darwin. Mais le début ? D’où le fait que de nombreux scientifiques de renom croient en Dieu ! Précisons pour être honnête que c’est surtout quand ils deviennent vieux, allez savoir pourquoi…

Bon, en tout cas on ne s’explique toujours pas le pourquoi du bing bang, et les croyants ont beau jeu de suggérer qu’un Dieu a voulu tout ça. Why not, disait Descartes ; mais juste une pichenette : ok, Dieu a mis en branle le monde, c’est un peu le premier moteur d’Aristote, mais ensuite on laisse faire la science !

Mais le pire, c’est ce salaud d’Einstein qui dira :  « Ce qu’il y a de plus incompréhensible dans le monde, c’est qu’il soit compréhensible… »

Allez, je vous laisse réfléchir là dessus jusqu’à la semaine prochaine !

Régis Vlachos
Décembre 2018

Photo : Albert Einstein (domaine public)