L'art et l'entreprise

Ouvrir le fonds public

L'art et l'entreprise - Zibeline

À l’heure des baisses budgétaires généralisées, les institutions publiques voient d’un bon œil le rapprochement de l’art et des entreprises et espèrent que ces frottements déboucheront sur des projets communs, sans influencer les contenus artistiques. Vœu pieu ? Comme le Musée d’art contemporain qui «s’est laissé entreprendre» par l’UPE13 : «c’est important que le Mac s’inscrive dans la dynamique de la ville car le public des chefs d’entreprises est celui qui a le potentiel économique». Un pragmatisme contagieux puisque le Fonds départemental des Nouveaux collectionneurs au collège (3 juin/1er août), le Fonds communal d’art contemporain de la Ville de Marseille (12 août/18 octobre) et le Frac (4 novembre/27 janvier 2014) jouent le jeu de l’exposition Cet art qui m’entreprend…, dévoilant ainsi aux acteurs privés une partie de leurs collections publiques. Une véritable malle aux trésors dans laquelle il a fallu opérer un choix draconien : 600 pièces au Mac, 1800 au Fonds communal créé en 1949, 80 aux Nouveaux collectionneurs et 960 au Frac ! Comme l’opération vise à susciter d’autres mécénats, l’UPE13 a pris soin d’éclairer les œuvres par des textes didactiques et des visites commentées, ultime «service après-vente» pour le commissaire d’exposition Bernard Muntaner qui espère «que les expositions entreprendront l’entrepreneur pour qu’il entreprenne l’art».

Premier volet donc, avec Au bord de l’eau, auquel Mécènes du sud s’associe en sélectionnant 4 artistes-lauréats sur la thématique «Donnez-nous de vos nouvelles». Message reçu !

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Mars 2013

www.upe13.com et www.mecenesdusud.fr