Gilles Bouckaert prend la suite d’Annette Breuil à la tête de la scène nationale de Martigues

Ouvrir et rassembler

Gilles Bouckaert prend la suite d’Annette Breuil à la tête de la scène nationale de Martigues - Zibeline

Deux des quatre scènes nationales de la Région PACA ont changé de direction récemment. Didier Le Corre succède à Jean-Michel Gremillet à Cavaillon (lire son entretien ici), et Gilles Bouckaert a pris la suite d’Annette Breuil à Martigues. Présentations…

Zibeline : Quel a été votre parcours avant d’arriver à Martigues ?

Gilles Bouckaert : Je suis originaire du Nord, je suis né à Dunkerque ; j’ai travaillé pendant 12 ans à la scène nationale de Maubeuge (directeur de la communication puis directeur de la diffusion artistique ndlr), puis 10 ans à la scène nationale de Créteil (directeur des projets artistiques ndlr).

Connaissiez-vous la Ville de Martigues ?

Non, mais je suis né à Dunkerque, et les deux villes ont les mêmes industries. Il y a énormément d’échanges de population entre les villes, dans le sens nord sud car beaucoup d’entreprises ont fermé à Dunkerque, dans la pétrochimie et la sidérurgie, et j’ai toujours pensé que Martigues était la ville jumelle de Dunkerque dans le sud. Je savais que si je postulais pour prendre la direction d’une scène nationale ce serait celle de Martigues.

Comment s’est passée votre prise de fonction ?

Très bien ! J’ai été tout de suite mis dans le bain lors de la Nuit Industrielle qui a eu lieu à Martigues dans la nuit du 31 août au 1er sept…

Quels sont vos projets pour la scène nationale de Martigues ?

Ce ne sera pas fondamentalement différent de ce qui existe, on continuera à y faire du théâtre, de la danse, de la musique, c’est une scène pluridisciplinaire. J’ai à peu près la même vision qu’avait Annette Breuil, c’est-à-dire qu’il faut que ce soit hétéroclite dans la programmation, avec une ligne conductrice qui est basée sur la qualité des spectacles. L’ouverture du lieu me tient à cœur : quand on est directeur de scène nationale, il faut faire comprendre aux gens que cet espace est le leur. Ce que j’ai envie d’apporter, parce que je viens de lieux où on a beaucoup travaillé dessus, ce sont les nouvelles technologies dans le spectacle vivant. Et notamment dans la suite du travail initié lors de la Nuit Industrielle : on ne va pas refaire la même chose, mais ce sera en effet un événement qui mêlera industrie et nouvelles technologies.

De quelle façon ?

On est sur un bassin où il y a des industries lourdes, pétrochimie, sidérurgie, etc. Or derrière ces industries-là il y a des nouvelles technologies. Et de la même façon elles peuvent permettre, au théâtre, de faire autrement les spectacles. C’est un parallèle que je trouve intéressant et important. Il y aura aussi une ouverture vers les arts plastiques, avec des installations qui seront dans et hors du théâtre à Martigues, et au cœur des industries. Rien n’est encore arrêté, mais ça devrait durer une semaine à 10 jours, avec une clôture qui donnera lieu à des formes plus performatives, orientées vers le spectacle vivant.

PROPOS RECUEILLIS PAR DOMINIQUE MARÇON
Janvier 2014

Photo : Gilles-Bouckaert-c-X-D.R.

Théâtre des Salins
19 Quai Paul Doumer
13692 Martigues
04 42 49 02 01
www.les-salins.net