Zibeline a besoin de vous ! Appel à contribution urgent

Nous avons besoin de vous

Zibeline a besoin de vous ! Appel à contribution urgent - Zibeline

Depuis 7 ans Zibeline vous propose gratuitement de l’information  et de l’analyse culturelles. Depuis 7 ans nous survivons, tant bien que mal et plutôt mal. Nous essayons de conserver notre qualité, donnons beaucoup de nous mêmes, et répondons aux attentes et sollicitations de chacun. Pour cela nous avons dû élargir nos ambitions premières, couvrir une zone géographique plus large, inventer un site qui nous permette de diffuser plus loin nos articles, d’informer au jour le jour, de mettre en ligne des articles plus longs et plus nombreux. Répondant aux sollicitations de ceux qui voulaient que nous approfondissions et diversifions nos sujets, nous avons lancé une webradio qui permet aux acteurs culturels de s’exprimer plus longuement, et aux auditeurs, nombreux, de prendre connaissance plus profondément de leurs univers et de leurs pensées.

Mais aujourd’hui nous sommes face à de vraies difficultés financières. Les élections qui provoquent un attentisme des collectivités, la fin de MP2013 qui laisse beaucoup de structures en difficulté, ont des conséquences immédiates et aujourd’hui assez graves pour nous. Nous avons besoin de vous.

Vous pouvez nous aider sur kisskissbankbank.com/webradio-zibeline, ou en adhérant en ligne, ou en faisant de la promotion de vos événements dans Zibeline, sur le site ou le journal. L’appel à contribution s’arrête le 11 février, et nous devons d’ici là réunir encore 8300 €… sans lesquels la radio ne pourra tenir, et sans lesquels ce site aura du mal à survivre…

Vous êtes 700 à visiter nos pages chaque jour. Plus de 100 à écouter nos émissions, alors même qu’elles en sont encore à un stade d’essai. Ce serait dommage de vous passer de cela, et de nous obliger à réduire notre personnel.  N’oubliez pas : depuis 7 ans, vous lisez Zibeline gratuitement. Depuis 7 ans nous relayons vos informations, sommes présents à vos spectacles et événements, et chaque jour nous recevons des sollicitations par dizaines, comme si nous étions un service public de la culture… Or notre travail a un coût, que nous ne pouvons pas, en ce moment, supporter jusqu’au bout. Alors, songez à ce que vous perdriez si nous disparaissions, et jugez si ça vaut le coup de nous aider un peu ?

La Rédaction
Janvier 2014