Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

La programmation de l'Espace Busserine à Marseille passe au filtre de la mairie Front National

L’Espace Busserine fermé au tout public

La programmation de l'Espace Busserine à Marseille passe au filtre de la mairie Front National - Zibeline

Y-aura-t-il une programmation cette saison à l’Espace Culturel Busserine ? Ou plutôt, y-aura-t-il une programmation tout public validée par la mairie de secteur ? Pas vraiment. Depuis le début 2016, Stéphane Ravier, le maire Front National des 13e et 14e arrondissements de Marseille, n’a cessé de mettre la pression sur la salle des quartiers nord.

Premier épisode, entre janvier et mars. Au prétexte de travaux, qui ne débuteront pourtant pas avant 2017, l’édile FN décide de fermer le lieu. Il impose également aux salariés de l’ECB de venir travailler en mairie de secteur. Une forte mobilisation contraint l’équipe municipale à faire machine arrière. Les employés réintègrent leur structure mais l’avenir du site demeure dans le brouillard. Deux grandes manifestations, Le Printemps de la Danse, accueilli au Théâtre du Merlan, et La Guinguette, festival de plein air, en juillet, ont pu se tenir. Mais pour la suite, tout restait encore en suspens.

Trois spectacles refusés

Stéphane Ravier avait annoncé avant l’été vouloir tourner l’ECB en priorité vers l’offre jeune public. Un choix qui supprimerait tout le lien tissé avec l’ensemble de la population du quartier. Depuis 30 ans, cet espace, par sa programmation et les ateliers qui s’y tenaient, a ouvert un accès à la culture dans la cité et autour. Cette saison, il n’en sera pas ainsi. Il n’y a plus d’ateliers organisés par l’ECB et l’orientation voulue par le maire s’est confirmée : le programme sera presque uniquement dédié aux représentations scolaires.

Sur les dix propositions de spectacles présentées par l’équipe du théâtre, sept seulement ont été validées par la mairie. Six sont des spectacles jeune public. Seul un concert, Sur les pas de Django, par Romane, a été accepté dans la catégorie tout public. Il a eu lieu ce samedi 1er octobre. Ce sera sans doute l’unique spectacle ouvert à tous cette saison. Jouant sur une apparence de conciliation, une mention « offert par la mairie 13-14 » figurait sur le flyer de la soirée. Stéphane Ravier y a même assisté, pour sa première visite sur place depuis qu’il est en fonction.

« La culture c’est un droit »

Mais au-delà de l’écran de fumée, la réalité est préoccupante. Refuser trois spectacles, sans motif ni argumentation, équivaut à une censure qui ne dit pas son nom. Le concert, consensuel, est passé entre les mailles. Mais l’histoire de Roger Cageot, un sans abri de Marseille, par Kamel Boudjellal, La vraie vie d’Honorine, fable sociale par Edmonde Franchi et Roms, Paroles Vivantes, par l’Atelier du Possible, ont été recalés.

Lors d’un point presse donné le 27 septembre, des membres du collectif de soutien à l’ECB s’étonnaient de ne pas trouver « un soutien plus large et visible d’autres structures marseillaises » face à ces refus de programmation. Ils s’alarmaient également de la politique culturelle réservée à leurs quartiers.

« La culture, ce n’est pas un luxe, c’est un droit, comme l’instruction, et on la mérite », s’indignait une habitante. « On veut que l’ECB redevienne comme avant, ouvert à tous », renchérissait une autre. « A quoi bon mener les enfants à l’ECB s’ils ne peuvent plus y aller quand ils seront adultes ? » lançait Sébastien Fournier, enseignant à l’école primaire du quartier. « On se bat pour un lieu et pour beaucoup plus que ça, poursuivait-il. On se bat pour que la culture reste au cœur des quartiers populaires. »

JAN-CYRIL SALEMI
Octobre 2016

Photo : Archives Février 2016 – Espace Culturel Busserine – Marseille © KP


Espace Culturel Busserine
Rue Mahboubi Tir
13014 Marseille
04 91 58 09 27
www.mairie-marseille1314.com/espaces-culturels