Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Les editos

Une année vraiment nouvelle

Nous aimerions vous souhaiter une belle année 2018. Vraiment, parce que nous avons tous besoin de dépasser le marasme, et d'envisager l'avenir. Mais comment faire, quand 2017 fut si rude, et que les signes d'un élan nouveau semblent aujourd'hui si discrets ? En dix jours trois SDF sont morts de froid à Marseille. La Méditerranée engloutit chaque semaine des dizaines de migrants, les catastrophes climatiques se succèdent, les pollutions et les atteintes à notre santé se multiplient, et tandis que les Etats-Unis vivent un cauchemar, que le Moyen-Orient brûle et que l'Europe se disloque, la vie politique française est comme figée sur place dans un déni de l'augmentation sidérante des inégalités, de [...]

Appel à responsabilité

Zibeline ne lance pas un appel à soutien. Ayant anticipé la baisse des recettes publicitaires et changé de modèle économique, votre mensuel culturel engagé et son site de presse multimédia tiennent le coup, tant bien que mal et sur le fil. Mais nous redoutons l'avenir, et ne pouvons que déplorer l'état de nos collègues : La Marseillaise, Marsactu, le Ravi, Ventilo lancent tous les quatre, chacun de leur côté, un appel à contribution pour conserver la liberté de publier. Ces journaux -Ventilo en a l'esprit s'il n'en a pas le statut légal- sont nécessaires à la pluralité de la presse dans la région. Qui a besoin d'observateurs politiques, économiques, sociaux et [...]

Des hommes puissants

Depuis 10 ans Zibeline s'étonne, régulièrement, de la difficulté qu'ont les femmes artistes, auteurs, chercheurs... à faire entendre leur voix. À être simplement présentes sur les scènes, les cimaises, aux micros des conférences, dans l'édification architecturale des cités. Et depuis plusieurs années Zibeline constate que la nomination volontariste de femmes directrices ne réduit pas le déséquilibre sexiste dans les programmations culturelles, les représentations communes et les assignations genrées : les femmes artistes restent en charge du jeune public, chanteuses ou actrices éblouissantes, idéalement sexy, fragiles ou maternantes. Or depuis 10 ans, depuis toujours, nous savons, plus intimement, que les hommes, certains hommes, imposent leur désir, impérieux comme une force vitale, en piétinant [...]

Le monde que nous désirons

Persuader les jeunes que les retraités ont de l'argent, les petits salaires que les chômeurs sont des fainéants, les chômeurs que les salariés sont des nantis, les ouvriers que les immigrés sont une menace, était la première étape pour protéger ceux qui encaissent les milliards de dividendes produits par notre travail. Laisser entendre que le mariage homosexuel était une erreur, que les juifs ont des privilèges, que les féministes sont des hystériques, que les blancs sont tous racistes, les musulmans tous homophobes, les malades mentaux dangereux, les handicapés coûteux, les emplois aidés une aubaine, les étudiants des assistés, les provinciaux des ploucs, les [...]

Prédation des imaginaires

Quel sens a notre vie, sinon de l'inventer sans cesse ? Et quel sens a l'art, sinon de questionner nos gestes quotidiens, les rabâchages de la pensée dominante, notre héritage trop lourd ou nos pages trop blanches ? Quel rôle ont les artistes, sinon de permettre à nos imaginaires d'échapper aux sentiers balisés, hors de la satisfaction préfabriquée, mais dans l'expérience intime, et la transcendance ? C'est vers la disparition de cela que nous sommes entraînés. Vers la soumission à la rentabilité, à l'objectif économique, à la modélisation, aux raccourcis en 140 signes, aux classements des artistes en Tops et en Victoires. Le libéralisme dicte son vocabulaire à la Culture qui, depuis Malraux, reposait [...]