Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Les editos

TV shows

Yes we can, disait-il il y a quatre ans. Michele I love you, déclare-t-il aujourd’hui en guise de cri de victoire… Pourquoi ramener son rêve à ce déballage incongru, pourquoi raboter l’espoir quand le temps des Républicains va-t-en-guerre semble enfin aboli ? Obama reste, mais la société médiatique a donné à son utopie le goût écœurant des sitcoms. Pourtant certains rêvent encore, assez fous parfois pour traquer les photons, ces particules infiniment fragiles que le moindre regard annihile. Mais voilà qu’au 20h on demande à Serge Haroche, qui côtoie l’origine inconcevable de la matière : est-ce qu’on pourra faire des ordinateurs plus rapides ? Sans doute dit notre Prix Nobel agacé, certainement, et [...]

L’avenir se réduit

Pour la première fois un gouvernement socialiste opère une baisse sur le budget de la culture. Intelligemment, en arrêtant les chantiers coûteux et en préservant le tissu territorial. Mais tout de même : il fait timidement le pari de l’éducation, pas de la culture. Acculé par la crise économique dit-il. Voire. Le choix de la rigueur n’est pas si nécessaire dans ce secteur si minuscule pour le budget de l’État français. Plus gros qu’ailleurs ? Souvent. Mais en Allemagne, parangon de la rationalité économique, les régions sont en capacité de financer leurs institutions culturelles, qui du coup n’abandonnent pas les créateurs. Notre histoire centralisée n’est pas la même… Ici, en ce début [...]

Rentrée Capitale

Marseille est sous le feu des projecteurs. Pour l’année Capitale elle tente de se parer d’atours inusités et partout des murs n’en finissent pas de se construire, autour de trous toujours béants. Mais la nuit, et même le jour, les rats courent sur les trottoirs défoncés, les balles fusent au cœur des cités, des quartiers entiers, désespérés par le chômage et la misère, sombrent dans le trafic, le racket, la violence. Une vision fantasmée de médias avides de sensations ? Il suffit d’arpenter les rues de Marseille pour y sentir ce mélange inimitable d’iode et d’ordure, de soleil ébloui et de nerfs à vif, de sel qui exsude tout à la fois [...]

Le luxe et les colonisés

Il n’y a plus d’argent ! répète-t-on. Les travailleurs de la culture touchent des cachets et des indemnités misérables, ou des salaires très en dessous de ce qu’ils obtiendraient, à compétences égales, dans d’autres secteurs… Mais voilà que les cocktails et buffets se multiplient, que les galeries flattent les collectionneurs, et que les productions dans les grands festivals atteignent des coûts inégalés. Car le public international fréquentant notre région l’été est manucuré, coiffé, parfumé avec cette élégance naturelle aux riches… pas à ceux qui s’endimanchent pour sortir, non, à ceux qui tous les jours, depuis toujours, savent s’habiller. En quoi se transforme donc notre région l’été, visitée et conquise par les usagers [...]

Le temps du changement ?

  En quelques mois la France a changé de mains : Sénat, Gouvernement, Assemblée sont désormais socialistes. Cela va-t-il ranimer la vie culturelle ? Beaucoup l’espèrent mais peu semblent y croire, tant le sujet a été absent des campagnes, ou mal abordé. Pour les Socialistes, la question culturelle paraît centrée autour de lois à changer. Hadopi, qui veut protéger les droits des artistes mais sert essentiellement les intérêts des majors ; la TVA sur le livre ; l’éternel «problème» des intermittents ; la décentralisation à repenser. Excepté ces points, il est question d’éducation artistique, un peu de spectacle vivant, et jamais de moyens de production. On ne sait trop ce que les socialistes veulent faire du réseau [...]