Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Les editos

Vers la pauvreté, ou la philosophie de l’éponge

Ils appellent cela austérité, combattent le déficit, épongent la dette, nous font «participer à l'effort collectif». Mais dans quel monde vivent-ils ? Nous, employés, chômeurs, fonctionnaires, retraités, jeunes aux portes scellées de l'emploi, immigrés aux portes blindées de la vie commune, nous, concrètement, depuis plusieurs années, vivons la pauvreté. Celle qui fait attendre les promos, baisser le chauffage alors qu'il fait froid, trembler quand nous ouvrons les factures, quand un appareil ménager tombe en panne, quand nos enfants font des études, quand nos parents deviennent dépendants. Savent-ils vraiment qu'en 25 ans les prix ont doublé (pain, viande, énergie, loyers...) alors que le salaire moyen n'a augmenté que de 10%, que le [...]

Où sont les politiques publiques de la culture ?

Au sommaire de notre journal, le Festival de Pâques financé par la Banque CIC ; un nouveau théâtre aixois privé ; une élue qui pour défendre l'art contemporain se sent obligée de démontrer son utilité économique. On ne peut que se réjouir du mécénat éclairé qui offre au public des manifestations de qualité. Mais que peut-on attendre lorsque les financeurs de la culture ne sont pas comptables de ses missions de service public ? L'exemple parisien défraie la chronique : la Fondation Vuitton investit dans l'Art Contemporain. Au Jardin d'acclimatation tout proche de Neuilly, dans l'arrondissement le plus riche de Paris, Bernard Arnault, première fortune française, construit un bâtiment tape-à-l'œil et vide. Pour qui ? [...]

La presse va mal

Le paysage de la presse change. Tandis que Le Monde convertit ses journalistes au numérique, Libération se sépare de près de la moitié de sa rédaction. La chute vertigineuse des ventes des éditions papier, la disparition des kiosques, la lente érosion des recettes publicitaires menacent les plus renommés de nos titres nationaux. Ici ce n'est pas mieux : La Marseillaise est en grand danger (voir souscription ici), et La Provence semble délaissée par son récent patron. Ce ne sont pas seulement des entreprises qui sont menacées. Ce sont des contre-pouvoirs indispensables qui appauvrissent considérablement leur contenu, et ne seront remplacés ni par la télé, ni par la presse numérique. Car [...]

Navigation aveugle

L'été est passé. Comme chaque année les saisons débutent, les arts visuels s'exposent, et les rencontres viennent offrir un peu de pensée à une société désorientée, et un monde culturel à la dérive. Car nul ne sait qui tient le gouvernail, et chacun a pris conscience qu'il vogue sans capitaine. Là-haut, à Paris, Fleur Pellerin a succédé à Aurélie Filippetti. On connaît les qualités de la nouvelle ministre de la Culture, sa connaissance du cinéma et de l'audiovisuel, sa volonté de légiférer pour préserver l'exception culturelle française dans un monde numérisé et globalisé. Mais on sait aussi pourquoi Aurélie Filippetti a renoncé à rester Ministre, elle l'a exprimé, clairement, dans une [...]

Où est la gauche ?

De festivals en festivals, la révolte gronde. Les spectateurs, solidaires, applaudissent aux discours qu’on leur propose au début de chaque spectacle qui se joue. Mais à Paris, des lois installent une politique libérale d’austérité désapprouvée par nombre d’élus socialistes, et pour laquelle François Hollande n’a pas été élu. Le sentiment de trahison flotte et persiste. Pendant ce temps l’ancien Président de la République est mis en examen pour corruption, et le peuple français se détourne des politiques prétendument réalistes qu’on lui impose. Il sait qu’une autre voie est possible, qui cesserait de creuser les inégalités, d’accuser les précaires, de privilégier une oligarchie qui ne défend que ses intérêts particuliers, de [...]