Les citoyens acteurs de la vie culturelle

Les Actions de Participation Citoyenne

Comment les habitants peuvent-ils devenir acteurs de la capitale européenne ? La question, essentielle, est au cœur de Marseille Provence 2013 qui met en oeuvre des programmes spécifiques afin que tous les habitants puissent valoriser leurs pratiques artistiques.

 

«La plupart des capitales européennes fonctionnent quand la population y prend part, se sent concernée, et pas seulement les visiteurs, explique Nathalie Cabrera, chargée de mission pour la coordination des APC. Ce qui signifie que les citoyens doivent en être acteurs et non consommateurs.» La mise en place des APC repose sur la transformation actuelle, sensible, du rapport entre artistes et publics : «On constate dans de nombreux festivals internationaux la présence de plus en plus prégnante des propositions participatives ou interactives. Dans la rue et dans les salles de spectacles également, l’intervention de l’artiste change, les formes aussi : la question sociale se pose à nouveau au coeur même des théâtres et, donnée nouvelle, elle passe souvent par la pratique artistique citoyenne.» Dès le départ Bernard Latarjet a souligné l’importance de l’action citoyenne : les formes participatives ne concernent pas seulement les APC, et s’inscrivent transversalement dans l’ensemble de la programmation. Un enjeu majeur auquel 30% du budget artistique devrait être consacré, et certaines actions ont déjà commencé, comme les Nouveaux Collectionneurs, Un air de famille avec l’AP-HM, Dedans- Dehors avec Lieux fictifs dans les prisons (travail en collaboration avec l’INA et production de films de montages d’archives)… Plus spécifiquement, Marseille Provence 2013 prépare dès aujourd’hui trois programmes qui se développeront jusqu’en 2013, et au-delà…

 

Quartiers créatifs : le monde bouge, la ville change…

Comment imaginer la ville de demain ? La réalité sociale du territoire est très particulière, puisque les zones urbaines sensibles représentent 30% du territoire de MP13 et 50% de Marseille. Quelle place donner dans les projets de ville aux actions artistiques et culturelles ? Marseille Provence 2013 veut associer à la transformation de la ville, dans ce contexte social particulier, des équipes composées d’architectes, d’urbanistes, de paysagistes, de sociologues et d’artistes auxquelles les habitants pourront communiquer leurs visions, et leurs besoins. En effet le territoire de la capitale européenne est au cœur d’un vaste programme de transformations urbaines qui vise à repenser son développement économique, social et culturel. Avec une donne singulière pour MP2013 : il ne s’agit pas de concentrer les regards sur la ville-centre mais de penser un projet articulé aux autres communes du territoire. Les APC permettent, justement, d’inscrire l’art dans les processus de rénovation urbaine, de susciter des démarches participatives, de mobiliser les centres sociaux, les établissements scolaires, les opérateurs culturels… Et pour pérenniser les actions au-delà de 2013, les APC se construisent en partenariat étroit avec l’ensemble des acteurs sociaux, des aménageurs et des collectivités conjuguant travail en profondeur, lien social et événementiel durant des résidences au long cours. Utopique ? Non, 12 à 14 Quartiers Créatifs se mettent en place. Mais pas question de prévoir un festival des quartiers : leurs productions artistiques seront présentées dans la programmation générale de la capitale et inscrites, selon les disciplines des artistes associés, dans des manifestations «Espaces publics », «Parcours lumières» ou «Spectacle vivant»…

 

Les Cherche-midis : autoportrait d’un territoire

Comment valoriser la culture de chacun sans segmenter les populations en communautés, mais en soulignant au contraire ce qui les relie ? Comment dresser le portrait d’un territoire ans lequel chaque habitant se reconnaîtrait ? En l’associant directement, par un procédé de collecte d’images, la photographie étant la pratique artistique la plus répandue en France : «faire appel à la photographie, c’est faire appel à tous» souligne Nathalie Cabrera. C’est un acte fédérateur, un projet sans limites qui peut être partagé par les 2 millions d’habitants du territoire ! Une manière vivante de parler de soi, de sa famille et de ses lieux de vie, tout en esquissant le portrait collectif du midi… Après l’appel à contributions lancé début 2012, MP13 réalisera le collectage, établira une sélection et composera trois séries thématiques, «Les paysages», «Le vivre ensemble » et «Le portrait», afin d’alimenter un site dédié à cette cartographie subjective. Ces séries seront également présentées aux habitants et aux visiteurs sous la forme d’expositions, de rencontres et d’éditions.

 

Atelier du large : une agora pour rêver

C’est au J1, entre la ville et la mer, dans l’un des lieux emblématiques de la Capitale européenne, dernier vestige de la grande gare maritime de la Joliette que sera aménagé l’Atelier du large. «Un espace ayant un réel attrait, un lieu valorisant qui présentera les oeuvres des citoyens dans des conditions d’exposition professionnelles, sans les séparer des propositions des artistes» selon Nathalie Cabrera. «Un lieu idéal pour faire rejaillir l’effervescence artistique sur la population participative.» Concrètement l’Atelier du large sera à la fois une vitrine pour les différentes formes de restitutions des appels à participation et des APC, un lieu de pratiques («une fabrique permanente») et un foyer de rencontres ouvert à tous.

 

AGNES FRESCHEL

Novembre 2011