Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Entretien avec Luc Joulé à propos de son film Cheminots

« Le travail peut créer une culture »

• 12 octobre 2018 •
Entretien avec Luc Joulé à propos de son film Cheminots - Zibeline

Il y a dix ans, Luc Joulé tournait Cheminots avec Sébastien Jousse. Entretien

Zibeline : Quelle est la genèse du film ?

Luc Joulé : Le film part de la volonté des élus du Comité d’entreprise des cheminots Paca qui ont une politique culturelle très offensive. Ils ont fait le choix d’inviter des artistes dans l’entreprise et de leur donner des moyens pour une création originale. C’est en voyant notre précédent film sur les réquisitions d’après-guerre à Marseille, décidées par Raymond Aubrac, qu’ils nous ont contactés par l’intermédiaire de l’historien Robert Mencherini.

Le film débute par une célèbre scène tournée par les frères Lumière : une entrée de train en gare de la Ciotat. Pourquoi ?

Le train a toujours été au rendez-vous de l’histoire. Et quand un train entre dans une gare, toute la société se met en mouvement. Or ce qu’avait vu le cinéma au moment de sa naissance, cela ne va plus de soi dans la société contemporaine. Tout ce que le train a réussi à construire en termes de lien entre les hommes et les territoires risque de se jouer à rebours.

Votre objectif était-il de réhabiliter une entreprise, une profession ?

L’accord était clair dès le départ : nous venions en tant qu’artistes, nous ne venions pas pour organiser la communication de la maison. On n’était pas sur la question de l’image mais de la relation, du lien qui unit les voyageurs et les cheminots. La relation entre ceux qui prennent le train et ceux qui le font rouler était tendue. Nous voulions montrer l’envers du décor et faire comprendre que si un train est supprimé ou en retard, ce n’est pas parce que les cheminots sont des fainéants et des incapables. Mais parce que derrière ces perturbations, une logique est à l’œuvre.

À sa sortie, le film est un témoignage à charge contre la logique d’ouverture du ferroviaire à la concurrence.

Il y a une scène où un cheminot de Miramas évoque les dysfonctionnements du fret directement liés à l’arrivée de trains privés. Notre intention était de montrer ce que ces changements signifient dans la culture du travail, leurs conséquences dans le quotidien des gens. On a perçu que nous atteignions un point de bascule historique et nous avons voulu le dévoiler à travers le film.

Si vous deviez refaire le film, aurait-il le même propos ?

Tout d’abord, je pense qu’on ne pourrait pas faire ce film aujourd’hui. On ne nous laisserait plus entrer comme on a pu le faire à l’époque. Il y a eu à un moment donné une volonté d’interdire le tournage de la part de la direction. Cela s’est réglé dans le bureau de Guillaume Pepy (le PDG de la SNCF, ndlr), entre lui et des administrateurs CGT de l’entreprise. Dans la phase d’écriture du film, les choses se passaient à l’échelon régional et le Comité d’entreprise obtenait les autorisations auprès des directions d’établissement. Mais quand le dossier est arrivé à Paris, ils ont compris ce qui se préparait. La direction de la communication nous a dit : « si ça ne tenait qu’à nous, vous n’auriez pas les autorisations ».

Avec la loi dite Pacte ferroviaire, les cheminots sont encore pris pour cible. Pourquoi un tel acharnement ?

Cheminot n’est pas un métier mais une communauté de métiers. Or on est dans une société néolibérale qui a tendance à nous réduire à de simples consommateurs et à affaiblir tous les liens qui peuvent nous unir les uns aux autres. Les cheminots étaient un point de résistance qu’il fallait vaincre. D’autres secteurs ont été ou vont être dans le viseur, comme l’enseignement, la recherche, la culture….

Que vous reste-t-il de cette immersion dans le monde des cheminots ?

Sur le plan humain, cela a été une belle aventure. Au-delà, le film et toutes les rencontres qu’il a engendrées nous ont aidés, Sébastien Jousse et moi-même, à mieux comprendre la question du travail et à faire notre film suivant, C’est quoi ce travail ?. Il nous a appris que travail peut créer une culture.

Quel est le sujet de votre prochain film ?

L’organisation du travail dans le champ de l’hôpital public.

Entretien réalisé par LUDOVIC TOMAS
Octobre 2018

En guise d’anniversaire et à l’initiative d’agents SNCF de la Blancarde ayant participé à l’aventure, une projection de Cheminots est organisée le 12 octobre, au cinéma le Gyptis, à Marseille

Photo : Cheminots, de Luc Joulé et Sébastien Jousse -c- Shellac


Cinéma Le Gyptis
136 rue Loubon
13003 Marseille
04 95 04 95 95
www.lafriche.org