Les lycéens de la Région PACA invités à voir le film "Daesh, paroles de déserteurs"

Le roi est nu

• 25 novembre 2016 •
Les lycéens de la Région PACA invités à voir le film

Vendredi 25 novembre, 10 heures, l’auditorium de la Villa Méditerranée se remplit de lycéens de la Région PACA encadrés par leurs professeurs. Ils sont venus assister et participer au débat prévu après la projection de Daesh, paroles de déserteurs de Thomas Dandois et François-Xavier Tregan. Ce dernier est là, pour présenter ce doc de 52 minutes qui donne la parole à quatre «déserteurs» de Daesh exfiltrés par un Réseau spécialisé de l’Armée Libre Syrienne basée dans le sud-est de la Turquie. Trois Syriens et un Jordanien. Filmés de dos ou en silhouette, ces ex-combattants de l’E.I, racontent pourquoi ils ont déserté tandis qu’un responsable des opérations, à visage nu, explique les processus de l’exfiltration : repérage des candidats, enquête des agents de terrain infiltrés pour vérifier qu’ils ne sont pas des agents de Daesh, dialogue via internet, recoupements, vérifications. Le réalisateur justifie ses choix : restituer une matière brute sans commentaire explicite en un huis clos essentiellement nocturne. C’est bien la parole de ces hommes qui est sujet et objet du film. Leurs récits, s’ils évoquent des horreurs perpétrées par l’armée islamiste, disent aussi les raisons de leur engagement : espoir d’un monde plus juste, plus conforme à leur religion, avantages matériels généreusement et inégalement prodigués par le Califat à ses soldats -les étrangers percevant 10 fois plus que les Syriens- Ils évoquent leur parcours et le déclic qui les a poussés à fuir : tel parce qu’il ne supporte plus la cruauté folle de l’E.I sur les populations, tel autre parce que sa propre sœur se voit promise par décret au plaisir d’un combattant étranger.

Au côté de François-Xavier Tregan, les intervenants, Antoine Sfeir, journaliste et politologue, Alain Ruffion et Soufiane El Hamdi pour l’Unismed (association travaillant sur la «déradicalisation»), Caroline Pozmentier-Sportich vice présidente du Conseil Régional PACA et de déléguée à la prévention de la délinquance, ne parleront pas beaucoup du film. Même s’ils parleront beaucoup !  ne laissant pour le dialogue avec les jeunes soumis à des impératifs d’intendance, qu’une petite demi-heure. La modératrice du débat, Nora Boubetra, demandera aux lycéens, à plusieurs reprises,  le silence, et la représentante de la Région insinuera que les enseignants n’ont pas fait correctement leur travail de préparation, sans concevoir que son éloge de la politique menée par M. Estrosi pour l’éducation citoyenne des jeunes, et pour l’accueil des migrants labellisés «politiques», était simplement indigeste : ils ont été patients ces lycéens, et les quelques questions qu’ils ont eu l’occasion de poser ne manquaient pas de pertinence !

Car il s’agit d’ouvrir les lycéens à l’histoire politique et culturelle de la Méditerranée pour  qu’ils comprennent ce qui s’y passe aujourd’hui. Eveiller le regard critique des jeunes en leur donnant l’occasion de décerner au meilleur des documentaires proposés le Prix Averroès Junior, est une des missions que se donne le Primed, en partenariat avec le Rectorat. Elle converge avec celle des enseignants. Cette année, le choix des élèves s’est porté sur Aube dorée, une affaire personnelle d’Angélique Kourounis qui a enquêté sur le parti fasciste grec, marquant leur intérêt pour le devenir de ce monde inquiétant dont ils héritent. 

On ne sait pas l’impact que peut avoir un film sur la conscience des ados, on ne sait pas si les questions soulevées par l’approche multiple des œuvres programmées leur ouvriront le cœur et l’esprit, les alerteront sur toutes les manipulations dont ils sont les objets, mais c’est le pari, toujours optimiste, des éducateurs qui croient en la puissance du cinéma, l’espoir tenace des passeurs de mémoire et de lumière qui croient encore à la culture. Ce qu’on a vu et entendu durant cette «séance spéciale» montre que beaucoup parmi ces jeunes ne sont pas dupes de la langue de bois et ont le culot tranquille, eux, de ne pas en faire usage, proclamant «le roi est nu» quand il l’est !

ELISE PADOVANI
Novembre 2016

Photo : -c- Élise Padovani

PriMed
Centre Mediterranéen de la Communication Audiovisuelle
96 la Canebière
13001 Marseille
04 91 42 03 02
http://primed.tv/

Villa Méditerranée
Esplanade du J4
13002 Marseille
04 95 09 42 52
http://www.villa-mediterranee.org/