Le MuCEM se visite !

 - Zibeline

En attendant 2013, le MuCEM a décidé d’ouvrir ses portes pour présenter ses ossatures…

Depuis le temps qu’on l’attend, cet établissement public exporté chez nous, ce musée des civilisations affranchi d’une vision européenne centralisatrice et dominatrice, ce monument sur la mer qui relie la ville à ses espaces maritimes, ce lieu où l’on va pouvoir inventer une vision française non concentrique, parce que décentrée en «province», derrière des Forts construits en leur temps non pour protéger mais pour surveiller la ville rebelle…

Il est là. Pas tout à fait prêt encore mais le gros œuvre est accompli, et il trône, superbe, dans un espace jusqu’alors inhabité, et qui offre un point de vue inédit et époustouflant sur la rade et les bateaux qui s’éloignent.

Il est là. Le bâtiment de Rudy Ricciotti est sorti de terre, la passerelle reliant le Fort Saint Jean a été lancée et peut d’ores et déjà se traverser, avec la sensation vertigineuse et rassurante qu’aurait un funambule protégé par des murs… Au Fort la Tour du Roy René et le Fanal s’aménagent, on y prévoit un magnifique Jardin méditerranéen, un village avec des ateliers pédagogiques, un théâtre de verdure, des lieux pour les expositions photographiques. Le chantier de restauration, délicat, est confié à François Botton, et le monument historique des XIIIe et XVIe siècles sera relié à la ville par une autre passerelle jetée jusqu’au Panier… Le troisième bâtiment, celui du centre de ressources, est également à l’heure pour 2013 : conçu par Corinne Vezzoni, il est destiné au travail des conservateurs et à accueillir collections et réserves, tout près des Archives municipales et du Centre InterRégional de restauration, cube secret traversé d’un puits de lumière dans un quartier dédié aujourd’hui à l’entretien du patrimoine…

Dès à présent

Les 30 juin et 1er juillet seul le bâtiment de Rudy Ricciotti pourra se visiter… en l’état ! Mais ce qu’on peut y voir est déjà extraordinaire. Le béton spécial, fibré, a permis d’imaginer une dentelle ajourée qui préserve le bâtiment du vent mais laisse passer le regard, la lumière et l’odeur marine. Les colonnes sont des arbres élancés, et les espaces intérieurs sont si vastes qu’ils paraissent à peine vous enclore.

Que pourra-t-on voir ces deux jours ? Uniquement les salles du bas, accessibles depuis l’esplanade… qui n’est pas encore tout à fait plane. Mais dans ces salles le MuCEM exposera ses ambitions et ses intentions. D’abord un espace enfants, où il faudra aller en famille pour trouver avec eux des clefs de lecture ; puis dans le premier espace face au Fort, l’histoire du J4, des darses, de la passerelle, avec des explications et des projections, des jeux de questions réponse, complétés dans la deuxième salle par l’architecture des deux autres bâtiments. Enfin, face à la mer, c’est le contenu et l’esprit des collections qui sera dévoilé, tandis qu’une scène sera le siège de débats avec des membres de la direction.

On découvrira donc… ce que nous réservent les expositions de Marseille Provence 2013, le Bazar du genre et Noir et Bleu ; les expositions photographiques, le programme de l’auditorium de 325 places. Et, bien sûr, en quoi consisteront les collections permanentes…

Et demain…

Pour la suite rendez-vous est pris pour 2013, avec la cérémonie d’ouverture le 12 janvier, puis l’ouverture officielle en mai, une fois que les collections seront en place. Le MuCEM, qui est jusqu’ici une association, deviendra Établissement Public en octobre. C’est-à-dire que les collectivités locales ont participé au financement de sa construction (58 millions sur les 200 millions d’euros d’investissement), mais n’auront pas à subventionner son fonctionnement, comme pour tous les établissements culturels d’État, pour l’heure pratiquement tous à Paris.

Pourtant l’État ne fournira que 80% du budget nécessaire au fonctionnement du MuCEM, qui devra trouver 20% de ressources propres. Puisque la plupart des espaces, hors les lieux d’exposition, seront ouverts gratuitement à la circulation, la billetterie sera un apport insuffisant ; mais la terrasse accueillera deux restaurants privés, à l’entrée une librairie boutique accueillera les touristes et visiteurs, des espaces seront loués pour des événements d’entreprises…

Reste à espérer que cet impératif budgétaire ne se transforme pas en pesanteur commerciale et que les fac-similés marchands et la restauration de chaîne ne détournent pas l’esprit du lieu. Imposer des impératifs de rentabilité à des lieux construits avec tant d’argent public, et qui profiteront au privé, semble tout de même une aberration. Une vraie librairie, et un restaurant aux saveurs méditerranéennes, sont ils impossibles ?

On espère encore que le MuCEM, attentif aux horizons maritimes et au Bazar du genre, saura aussi prendre le pouls du territoire qui l’héberge, en accueillant des programmations artistiques des méditerranéens d’ici… et quelques femmes conférencières qui ont bien manqué aux Mardis du MuCEM !

AGNÈS FRESCHEL

Juin 2012

 

MuCEM Première

Visites de deux heures par groupes de 300

Ateliers enfants pour les 6/10 ans

Les 30 juin et 1er juillet de 13h à 21h

Uniquement sur inscription

http://www.mucem.org/

www.mucem.org