Olivier Py annonce l'édition 2015 du Festival d'Avignon, et espère attirer les jeunes

Le In, le Roi et l’Autre

• 4 juillet 2015⇒25 juillet 2015 •
Olivier Py annonce l'édition 2015 du Festival d'Avignon, et espère attirer les jeunes - Zibeline

Du 4 au 25 juillet, le Festival d’Avignon soufflera une édition resserrée sur le thème de l’Autre

Avant de dévoiler à la FabricA la programmation du 69e Festival d’Avignon, Olivier Py, costard sombre, chemise assortie au bleu roi de l’affiche, prend la pose. Sourire de circonstance, un peu nerveux mais affable, toujours, le directeur du Festival pèse -légèrement plus- ses mots pour ce 2e exercice et mesure l’enjeu de cette conférence. Car après une précédente édition sauvée mais fragilisante (240 000 euros de perte suite aux annulations et intempéries), le Festival 2015 s’est monté avec difficulté, Py et ses équipes ont dû aussi composer, comme les autres structures avignonnaises, avec une baisse de subventions de la ville de 5%. Le directeur affiche d’emblée une cartocrise d’annulation des festivals, alarmante, c’est le but, rappelant que «la culture n’est pas un luxe, elle est l’avenir de la France». Les tutelles sont présentes ce 26 mars, il est bon de leur rappeler certains engagements. La durée est donc resserrée de 24 à 22 jours, certains lieux inoccupés (dont la coûteuse Carrière Boulbon) mais l’ambition reste la même : «Avignon c’est trois semaines de grand et beau bruit […], de ce tohu-bohu des fêtes, de ce tintamarre des espérances» affirme l’édito d’avant-programme. «Nous attendons avec impatience des jours meilleurs» précise Olivier Py au micro.

«Je suis l’Autre» pour catharsis

Au programme : 38 spectacles (26 créations, 16 coproductions, 31 artistes jamais venus, 21 pièces de théâtre, 7 de danse, 7 musicales dont l’Orchestre des Jeunes de la Méditerranée, le groupe français Feu ! Chatterton et Dorsaf Hamdani, 12 indisciplinaires, 3 jeune public), une majorité d’auteurs vivants, un abonnement pour les moins de 26 ans (4 spectacles/40 euros), 4 expositions dont un hommage à Patrice Chéreau à la Collection Lambert, et les œuvres du «Caravage de la banlieue» qui signe l’affiche, Guillaume Bresson, à l’église des Célestins transformée en Nef des Images. Les Ateliers de la pensée du site Pasteur recevront l’équipe de Charlie Hebdo et une multitude de rencontres.

Thème central, l’Autre est «l’idée la plus puissante pour définir la culture…. c’est la catharsis au théâtre». De Philippe Berling qui crée Meursaults d’après Kamel Daoud, à un cycle argentin, des Égyptiens de The last supper, aux Idiots d’après Lars von Trier montés par des Russes, cet Autre sera effectivement riche de ses diversités. Même si sa représentation féminine reste un peu timide ! Moins nombreuses à porter, seules, une mise en scène, les femmes auront pourtant au plateau une parole primordiale et cohérente : Isabelle Huppert lira Sade à la Cour, Fanny Ardant prêtera sa voix à Cassandre, Nathalie Garraud montera Soudain la nuit, et côté chorégraphes Emmanuelle Vo-Dinh créera Toumbouctou déjà-vu, Eszter Salamon Monument O, et Fatou Cissé Le bal du cercle où, comme dans A mon seul désir de Gaëlle Bourges (voir Zib’82), il sera question de la représentation… de la femme. Elles composeront heureusement plus paritairement les duos des 9 Sujets à Vif, des rendez-vous performatifs qui prédestinent souvent les futures têtes d’affiche du In. Dans les années à venir, espérons que ces femmes, auteures et metteures en scène, aient leur place elles aussi à la Cour d’Honneur, et pas uniquement pour danser ! La danse, d’ailleurs gâtée cette année, invite aussi Angelin Preljocaj, Fabrice Lambert et Hofesh Shechter.

De Shakespeare à Platon

Le Roi Lear, «la plus belle pièce de tout le répertoire de l’histoire de l’humanité», traduit et monté par Olivier Py, ouvrira la Cour d’Honneur, avec Philippe Girard. Le metteur en scène présentera également Hacia la Alegria, tiré de son roman Excelsior. Shakespeare sera la voix royale de cette édition, Thomas Ostermeier adaptera à l’Opéra Richard III dans une scénographie proche du Globe, le Portugais Tiago Rodrigues présentera un (plus rare) Antoine et Cléopâtre.

La République de Platon parcourra tout le Festival avec un feuilleton philo quotidien, lu par Valérie Dréville, l’ERAC et des jeunes Avignonnais. Ubu sur la butte sera itinérant, le Polonais Krystian Lupa donnera Des arbres à abattre, Robin Renucci avec l’ORAP Homériade de Dimitriadis, Samuel Achache dissèquera les accords dans Fugue et Valère Novarina fera son retour avec Le Vivier des Noms.

Une récente étude a révélé qu’un renouvellement des publics du Festival était nécessaire, Py espère doubler la proportion de jeunes (5 000 en 2014). La Trilogie du revoir de Benjamin Porée, les photos de vacances des Estoniens du Teater N099, la critique du monde occidental par le collectif Winter Family ou Andreas par Jonathan Châtel pourront, entre autres, aider !

DELPHINE MICHELANGELI
Avril 2015

Festival d’Avignon
du 4 au 25 juillet
ouverture billetterie le 15 juin

Photo : Olivier Py, 26 mars 2015 à La FabricA © DE.M.

 

Festival d’Avignon
Cloître St-Louis
20 rue du Portail Boquier
84000 Avignon
04 90 27 66 50
http://www.festival-avignon.com/