L’Université de Toulon crée des passerelles avec la cration artistique

L’art sur les bancs de l’université

L’Université de Toulon crée des passerelles avec la cration artistique - Zibeline

L’Université de Toulon n’a pas perdu de temps pour créer des passerelles entre l’enseignement supérieur et la création artistique : trois ans, trois projets, et un autre à venir…

En 2013/2014, un an avant que les étudiants s’installent en centre ville -campus Toulon-Porte d’Italie-, deux artistes de Metaxu1 leur proposèrent de travailler sur le thème « Habiter sa ville ». Le projet, concomitant à l’inauguration du bâtiment PI, se concrétisa sous la forme « d’une maquette augmentée, sensorielle et sensitive ». Fort de cette expérience, l’Université de Toulon continua sur sa lancée en invitant la compagnie varoise Grand Bal à faire un petit tour de piste avec les étudiants autour de la notion de transmission. Un choix motivé par une première collaboration à la BU du campus de La Garde où la chorégraphe Isabelle Magnin présenta des haïkus. La résidence s’acheva sur la création La Profondeur de la légèreté à l’Espace des Arts au Pradet, objet d’une captation vidéo par les étudiants de TÉLOMÉDIA2 diffusée pendant le Printemps de l’université. Deux opérations menées en concertation avec les enseignants, les artistes et les étudiants de l’ensemble des filières, porteuses de sens et de lien social, véritables aiguillons pour apprendre.

« Pénétrer le bunker par la danse »

Le Service Vie étudiante, dirigé par Ludmila Veillard, est à l’origine de ces premiers projets inscrits dans le cadre de la convention « Universités lieux de culture » signée entre les ministères de la Culture et de l’Enseignement supérieur le 12 juillet 2013. Mais Ludmila Veillard, issue du sérail du spectacle vivant, a souhaité aller plus loin. D’abord en créant fin 2015 la Commission culture présidée par Valérie Gillot, convaincue que « l’expérience auprès des artistes forme et ouvre l’esprit des étudiants ». Puis en lançant sur les plateformes professionnelles un appel à projets en résonance avec le territoire, toutes disciplines confondues. Doté de 10 000 €, le projet est coproduit à parts égales par l’Université et la DRAC Paca qui soutient les résidences d’artistes. Première sélectionnés avec Si seulement on voyait ce que l’on fait…, la compagnie Artmacadam s’est lancée dans l’aventure « pour partager avec les étudiants ce qui [nous] anime » et qui fait son ADN depuis plus de quinze ans. « La tribu, comme l’appelle Hélène Charles, est née dans la rue et explore de nombreux espaces non conventionnels pour aller à la rencontre de tous les publics », l’université était donc un terrain d’investigation idéal pour s’interroger : « on ne connaît que la face extérieure vitrée des trois plots. C’était un cadeau que de découvrir et comprendre comment on y déambule, comment on y vit ». Avec, comme matière à création et à improvisation, « l’architecture et les étudiants », sans oublier « la chance d’avoir des enseignants qui inscrivent notre projet dans leur cursus ». Si le déroulé des ateliers, les processus d’élaboration, la formation technique et artistique se déroulent à l’abri des regards extérieurs, la suite appartient aux toulonnais : le 24 mars au soir, ils ont découvert la performance sur les façades de l’université mises en lumière et « en danse » comme par enchantement. Un vrai travail de forcenés en coulisses !

Artmacadam a réussi son pari de susciter l’imagination des jeunes et d’activer leurs désirs, comme avant elle Metaxu et Grand Bal, aux prochains artistes de relever le défi3

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Avril 2016

1Lieu culturel dirigé par un collectif d’artistes : Benoît Bottex, Julien Carbone, Yann Lasserre, Hildegarde Laszak et Pauline Léonet.

2Pôle de création et diffusion audiovisuelle et numérique dédié au transmedia et aux nouvelles écritures.

3Réunion de la Commission culture le 28 avril, déclaration des résultats le 19 mai.

Repère en chiffres :

Nombre d’étudiants dans le cadre d’un enseignement de projets tuteurés :

  • 25 en STAPS option danse Licence 1, 2, 3
  • 20 en INGÉMÉDIA Licence pro TSI groupe création sonore
  • 5 en MMI DUT 2 pour la communication internet et externe du projet (Métiers du Multimédia et de l’Internet)

À cela s’ajoute une cinquantaine d’étudiants dans le cadre d’ateliers libres (vidéo, théâtre, dessin, performance corporelle).

Photo : Printemps de l’UTLN 2016 © Université de Toulon