La rentrée littéraire, c’est par là !

 - Zibeline

On ne peut pas y échapper. Depuis quelques semaines, les médias s’en donnent à cœur joie : chroniques, extraits de livres, interviews… C’est la rentrée littéraire ! Et comme chaque année, on se demande comment s’y retrouver dans la masse de tous les romans parus depuis août. On peut bien sûr suivre ses goûts personnels pour tel ou tel, scruter les 4èmes de couverture avant de faire son choix, lire ou écouter les conseils des «experts ». On peut aussi -c’est même un conseil de Zibeline– aller faire un tour à Manosque entre le 26 et le 30 septembre prochains ! Pour sa 14ème édition, le festival des Correspondances y réunira bon nombre d’auteurs de cette rentrée. Des grandes stars, Philippe Djian, Pascal Quignard, aux petits nouveaux, Aurélien Bellanger, Makenzy Orcel, en passant par les habitués, Olivier Adam, Arno Bertina, Patrick Deville…, tous ceux-là et bien d’autres (plus de 40 au total) seront là, et avec eux des musiciens et des comédiens, pour 5 jours de rencontres littéraires et musicales de tout premier plan, dans une atmosphère toujours bon enfant. Une plaisante façon de frayer son chemin dans la jungle des livres de la rentrée…

Depuis 1999, le festival des Correspondances se donne pour objectif principal une approche vivante de la littérature d’aujourd’hui. D’où les multiples formes qu’y revêtent les rencontres avec les textes et les auteurs : grands entretiens, dialogues, performances, lectures musicales, apéros et concerts littéraires… On retrouvera tout cela cette année, sur les places de la ville, sur la scène du théâtre Jean le Bleu ou au Café provisoire, dès le matin et jusque tard le soir. À noter quelques nouveautés de cette édition : les siestes acoustiques et littéraires d’abord, que proposeront chaque après-midi dès le jeudi 27 Bastien Lallemant, JP Nataf et Albin de la Simone. Une heure de chansons et de lectures à écouter allongé, et tant pis si l’on s’endort ! Quant à Jean Lautrey, créateur depuis 2004 des nombreux écritoires installés dans la ville et ses alentours (n’oublions pas que le festival est parrainé par la Poste et qu’on y vient aussi pour écrire en toute liberté), il a imaginé cette année un salon perché dans les arbres, histoire de permettre à l’écriture de prendre de la hauteur. Deux expériences inédites, qu’on pourra compléter avec Epistolaire antérieur, une déambulation littéraire menée par le poète oulipien Frédéric Forte, l’un des deux écrivains actuellement en résidence à Manosque. Autre nouveauté de l’année, l’avant-première du film de Laurent Cantet, Foxfire, d’après le livre de Joyce Carol Oates Confession d’un gang de filles.

 

Susciter la rencontre

On le voit, à Manosque, tous les moyens sont bons pour susciter la rencontre avec les textes. Et c’est bien l’ambition qu’affiche Evelyn Prawidlo, responsable, avec Olivier Chaudenson et Arnaud Cathrine, de la programmation littéraire du festival :

Les Correspondances accueillent de nombreux auteurs célèbres. Qu’est-ce qui les incite à venir à Manosque ?

Je n’ai pas l’impression que nous invitions surtout des écrivains célèbres. Notre volonté reste d’équilibrer la programmation entre auteurs confirmés et auteurs à découvrir. Ce qui nous comble de joie, c’est d’avoir réussi à fidéliser un public qui vient à Manosque aussi bien pour découvrir des écrivains qu’il ne connaît pas que pour y rencontrer ses auteurs favoris. Les auteurs aussi apprécient de venir : Les Correspondances sont l’un des premiers festivals de la rentrée littéraire, nous avons acquis une certaine réputation et nous avons eu la chance ces dernières années d’avoir programmé pas mal de futurs prix !

Comment faites-vous la sélection ?

Toute l’année, on est en contact avec les maisons d’édition et dès le mois d’avril, on se met à lire, beaucoup, entre 60 et 100 livres. Nous formons Olivier, Arnaud et moi, un vrai comité de lecture et ne choisissons pas des noms mais des textes. Ce qui explique que cette année certains auteurs reviennent, notamment Djian et Deville, car cette année encore, leur travail nous a séduits.

Y a-t-il des tendances 2012 ?

Notre orientation reste la même : mettre l’accent sur les performances, sur les lectures d’auteurs et toujours lier étroitement littérature et musique. Depuis 1999, nous accordons une place essentielle à la lecture en public ; à l’époque, cette démarche était pionnière en France ; aujourd’hui, cela se fait dans tous les festivals. Une table ronde est d’ailleurs prévue samedi 29 septembre sur ce sujet de la «littérature en scène». Le festival connaît aussi des évolutions : il s’ouvre davantage à la BD et au roman graphique, ainsi qu’au cinéma ; il se tourne aussi vers l’international. Témoins cette année Moshe Sakal, écrivain israélien actuellement en résidence et Makenzy Orcel venu d’Haïti pour le festival et qui prolongera son séjour par une résidence d’un mois à Manosque.

Propos recueillis par FRED ROBERT

Août 2012

 

Les Correspondances

du 26 au 30 sept

Manosque

04 92 75 67 83

www.correspondances-manosque.org

 

Des collines au détroit

Désireuse de transmettre son expérience, l’équipe des Correspondances s’associe cette année à la Librairie des Colonnes et à son directeur Simon-Pierre Hamelin pour proposer la 1ère édition des Correspondances de Tanger, du 4 au 7 oct. Comme à Manosque, des rencontres, des lectures et des concerts littéraires, des projections, du théâtre, dans une ville à l’identité singulière et aux cultures multiples. Un joli pont entre les deux rives.

www.correspondances-de-tanger.com

F.R.