Double entretien avec Marjorie Hervé et Frédéric Montaud à propos de la fermeture de la Galerie du 5ème

La Galerie du 5ème, cinq petits tours et puis s’en va

• 8 avril 2017⇒10 juin 2017 •
Double entretien avec Marjorie Hervé et Frédéric Montaud à propos de la fermeture de la Galerie du 5ème - Zibeline

Avec Beautiful Africa, la Galerie du 5ème signe son ultime exposition après cinq ans d’une programmation réalisée en partenariat avec Marseille Expos. L’occasion de rencontrer Marjorie Hervé, coordinatrice de Marseille Expos…

Zibeline : Quel était l’objectif de la Galerie du 5ème à sa création ?

Marjorie Hervé : La galerie a été créée dans la perspective de MP2013 avec la particularité de s’adresser à un public large et d’être un espace dédié à la pédagogie et à la médiation. Notre partenariat a été renouvelé tous les deux ans et a évolué sans cesse. Depuis mon arrivée en 2014, Marseille Expos met en avant chaque année l’action d’une structure membre, en lien ou non avec le magasin, comme aujourd’hui Beautiful Africa avec la thématique « Africa Now ». On a une certaine liberté et souplesse dans le choix des pièces et des œuvres.

La direction des Galeries Lafayette doit-elle valider le choix de la structure ou de la thématique ?

Non, c’est une conversation. On partage nos informations sur la note d’intention de la structure et du commissaire, sur la liste des artistes et des œuvres. Il n’y a aucune censure.

Quelle est la temporalité des expositions ?

On essaye d’inscrire trois expositions dans le lieu durant plus de deux mois, ce qui permet d’accueillir en moyenne entre 700 et 900 visiteurs par événement. Ce qui représente de très bons chiffres. Et on termine l’année avec le Christmas Art Market, la foire d’art contemporain spécialisée dans l’objet d’art.

Votre présence ici induit d’avoir du personnel…

Oui, Marseille Expos prend en charge un poste chargé de l’accueil, de la coordination et de la médiation.

Que signifie la fermeture de la galerie pour Marseille Expos ?

On a déjà fait un beau parcours ensemble, on a rénové deux fois le lieu, repensé la scénographie, c’est un coût pour les Galeries Lafayette. Aujourd’hui on travaille à inventer et développer de nouvelles formes de partenariat : une galerie, ou autre chose… Il faut que chacun y trouve son intérêt. Mais l’aventure continue !

…et Frédéric Montaud, directeur de l’enseigne à Saint Ferréol depuis février 2016

Zibeline : À l’origine, la création de la galerie était une volonté du siège social parisien ?

Frédéric Montaud : Effectivement, c’est sous l’impulsion de Guillaume Hauzé, qui en est l’ambassadeur, que les Galeries Lafayette ont souhaité inscrire la culture au sein des magasins et faire que l’art et le commerce s’amalgament naturellement.

Vous qui prenez l’aventure en route, comment avez-vous réagi à sa présence dans vos murs ?

À titre personnel, c’est un domaine que je ne connaissais pas et qui s’avère abordable parce qu’il se compose de personnalités faciles d’accès, qui savent se mettre à la portée de clients non avertis comme moi. Chaque exposition est ainsi l’occasion de partager un moment de découverte.

À quoi attribuez-vous sa réussite ?

En l’occurrence au dynamisme de Marseille Expos, et à la ville qui a connu un véritable essor dans l’art contemporain depuis 2013. Et les Galeries Lafayette sont une institution dans le centre ville. Cette convergence explique ce véritable succès.

Pourquoi, dans ces conditions, fermer la Galerie du 5ème ?

Il s’agit plus exactement d’un déménagement. Nous avons actuellement deux sites et prochainement un troisième à Marseille-Prado, dans un centre commercial en cours de construction. De fait le partenariat avec Marseille Expos s’arrête sur Saint Ferréol mais est toujours en réflexion.

Donc votre implication sur Marseille pourrait prendre une nouvelle forme ?

Exactement. C’est un projet d’entreprise, actuellement à l’étude, qui sous-entend un investissement humain, matériel, infrastructurel et financier. Mais l’expérience est déjà convaincante…

ENTRETIENS RÉALISÉS PAR MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Avril 2017

Beautiful Africa
jusqu’au 10 juin
Galerie du 5ème, Marseille
Commissariat : Lydie Marchi, fondatrice d’Hybrid – plateforme, dédiée aux arts visuels.
marseilleexpos.com

Photo : Marjorie Hervé, coordinatrice de Marseille Expos (à gauche) et Lydie Marchi, commissaire de l’exposition Beautiful Africa à la Galerie du 5ème des Galeries Lafayette Saint-Ferréol © François Moura