Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Qui va prendre la tête du Ballet National de Marseille ?

La fin de l’Hydre à deux têtes

Qui va prendre la tête du Ballet National de Marseille ? - Zibeline

Les deux codirecteurs du Ballet National de Marseille, qui sont également codirecteurs d’ICK à Amsterdam, ne sont pas reconduits à la tête dédoublée d’une institution coupée en deux. Sans surprise…

Le contrat depuis le départ était étrange : pourquoi en 2014 l’État et la Ville de Marseille, suivis du bout des lèvres par la Région, ont-ils accepté que Pieter C. Scholten et Emio Greco prennent la tête du deuxième Ballet National de France (en termes de financements, et très loin derrière Paris) sans quitter la direction ICK, et en restant à Amsterdam ? La synergie promise par les chorégraphes n’a pas eu lieu, sinon qu’on a vu les tournées du BNM se raréfier, les femmes ne pas danser pendant la première année, les danseurs d’ICK invités en vedette et ceux du BNM placés, au sens propre, dans leurs pas… Le calendrier des tournées est resté très maigre, la seule pièce tournant vraiment étant Tetris, une petite forme jeune public d’Erik Kaiel, et la dernière création du duo Kindertotenlieder, reposant sur la Maîtrise des Bouches-du-Rhône, c’est-à-dire un chœur d’enfants, accompagnée par instants de 6 danseurs. Les relations au cœur du Ballet sont tendues, faites de frustrations, de rancœurs et de malentendus, et la non reconduction des deux directeurs vient mettre un terme à une période difficile.

Mais de quoi sera-t-elle suivie ? Il faut aujourd’hui trouver un successeur, bâtir un nouveau projet, retrouver des forces. Il est question de privilégier un projet pour le jeune public. Il s’agirait surtout de nommer un directeur qui puisse faire danser un ballet, c’est-à-dire un groupe d’une vingtaine de danseurs d’une haute technicité, qui ont besoin d’estime, de répéter dans le calme, et de danser, sur scène, souvent. Les carrières sont courtes et rien n’est pire pour un danseur que de ne pas danser : il y perd sa technique, son enthousiasme, sa créativité.

Mais la question des Ballets Nationaux ne se réduit pas au BNM : leur forme correspond-elle aujourd’hui au désir des chorégraphes ? Faut-il la repenser, ou trouver des directeurs capables de s’y adapter ? Aux tutelles de répondre, à Marseille il n’ont que quelques mois pour résoudre le problème…

AGNÈS FRESCHEL
Juin 2018

Photo : -c- Marian Adreani


Ballet National de Marseille
20 Boulevard de Gabès
13008 Marseille
04 91 327 327
www.ballet-de-marseille.com