Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Théâtre Toursky vs Ville de Marseille. Explications

La faim, les fées, les faits

Théâtre Toursky vs Ville de Marseille. Explications - Zibeline

Dénonçant la reconduite de la baisse de subvention de la Ville, Richard Martin « entre en résistance », écrit une lettre publique à une municipalité qui ne tient pas les promesses du Maire durant sa campagne de 2014 quant au financement de la deuxième salle. Une municipalité qui revoit même à la baisse le financement général du Théâtre Toursky.

Le directeur, créateur du théâtre il y a 50 ans, annonce une grève de la faim -sa troisième- à partir de septembre si sa subvention n’est pas rétablie au niveau de 2016. Cette lettre, emplie de colère et d’émotion, attaque nommément l’adjointe à la culture et ses choix qui privilégieraient les Théâtres dirigés par Dominique Bluzet ainsi que le Festival de Jazz des 5 continents. Dont les subventions n’ont pourtant pas été augmentées depuis 2014.

Ce courrier évoque aussi une journaliste -moi-même- qui aurait prétendu que la Ville « traînait Richard Martin dans la boue » afin d’obtenir des renseignements sur les salaires de la direction. Propos que je n’ai jamais tenus, bien qu’ayant effectivement demandé les montants des salaires de Richard Martin et Françoise Delvalée. Ceux-ci s’avèrent conformes à la moyenne de ceux pratiqués à la direction d’autres établissements de cette taille.

On pourrait cependant rappeler à l’homme de gauche qu’est Richard Martin ces deux principes de Proudhon : « La possession, en droit, ne pouvant jamais demeurer fixe, il est impossible, en fait, qu’elle devienne propriété. » Ainsi l’occupant d’un lieu, même lorsqu’il en est créateur, n’en est jamais que « l’usufruitier, placé sous la surveillance de la société, soumis à la condition du travail et à la loi de l’égalité ».

Depuis 50 ans les luttes de Richard Martin sont dantesques et magnifiques. Un public enthousiaste le suit, il ouvre les portes de son théâtre aux combats politiques, aux débats, aux Gilets Jaunes, au film de François Ruffin, à la CGT,  au Parti Communiste, à L’Appel des Appels… Le Toursky est un théâtre précieux, mais il faudra un jour que Richard Martin laisse des fées bienveillantes penser à l’avenir du lieu qu’il a créé. Sans le vouer aux Fées Carabosses !

AGNÈS FRESCHEL
Juin 2019

Lire ici notre entretien avec Richard Martin, et celui avec Anne-Marie d’Estienne d’Orves, adjointe à la culture de la Ville de Marseille.