Les musées municipaux d'Avignon sont désormais gratuits

Gratuité aux musées !

Les musées municipaux d'Avignon sont désormais gratuits - Zibeline

La Ville d’Avignon adopte le principe de l’entrée libre pour son patrimoine muséal municipal.

Les 800 000 touristes et 90 000 festivaliers qui traversent chaque année la Ville d’Avignon, son Pont, son Palais et ses théâtres, s’attardaient très peu dans ses musées, que les habitants négligeaient tout autant : à peine 90 000 visites dans les 5 musées en 2016 ! Il fallait réagir, d’autant que les musées d’Avignon possèdent des collections exceptionnelles, exposées dans des bâtiments sublimes, et formant un tout cohérent et très complet.

Le label Avignon Musée adopté en 2017, permettant une communication commune, et l’organisation d’une semaine de la gratuité et d’événements transversaux, a conduit à une hausse de fréquentation de 14%. Suite à cette expérience concluante, la gratuité des musées a été adoptée à l’unanimité par le conseil municipal, malgré le manque à gagner de 100 000€ qu’elle induit. Parce que « la culture n’a pas de prix », comme l’affirme Cécile Helle, maire d’Avignon (PS), mais aussi parce que les villes qui ont adopté la gratuité ont vu la fréquentation de leurs musées augmenter considérablement. « Il y a là un enjeu de  démocratie, le manque à gagner sera compensé en termes d’attractivité de la ville, mais aussi, surtout, par le plaisir de voir des visiteurs plus nombreux devant nos chefs d’œuvre. La gratuité est un enjeu d’égalité donc, pour combler les fossés culturels, mais de liberté aussi, car on a un autre rapport au musée quand on peut y passer une demie heure pendant la pause déjeuner, y amener un ami voir un tableau, un seul tableau, qu’on a aimé. »

Les relations avec les musées privés d’Avignon ont également été pensées : le risque de voir les touristes préférer le Petit Palais ou le Musée Calvet, gratuits, à la Collection Lambert ou au Musée Angladon, qui demeureront payants, existe. Mais il est question de concevoir des projets communs, et de parier que la gratuité entrainera un mouvement profond qui ramènera les habitants au musée, comme une habitude, en ravivant leur plaisir et leur goût. Quand aux touristes, il est question de les amener à rester plus longtemps dans une ville que les tour-opérateurs considèrent comme une étape courte !

Et, de fait, chacun gagnerait à s’attarder dans les collections époustouflantes de peinture italienne du Petit Palais, ainsi que face à son patrimoine unique de sculpture et peinture avignonnaises ; au Musée Calvet, qui possède des collections extraordinaires de peinture classique, moderne et contemporaine, mais aussi une collection égyptienne, asiatique, d’art d’Islam, d’art premier… et un fonds de dessins remarquable ; deux musées d’art passionnants, complémentaires du bijou qu’est le Musée Lapidaire (antiquités), mais aussi du Palais du Roure (arts, littérature et traditions provençales) et du Musée Requien (histoire naturelle).

Gratuits depuis le 20 avril, ils accueilleront cet été (à partir du 30 juin), ensemble, l’exposition Mirabilis, conçue par Christian Lacroix comme un itinéraire à partir du Palais des Papes. Miraculeux ?

AGNÈS FRESCHEL
Mai 2018

avignon.fr/ma-ville/culture-et-tourisme/avignon-musees/

Illustration : Sainte Elisabeth, École d’Avignon, fin du XVe ?. Tempera et huile/panneau bois 26X20. Petit Palais © E. Lambert – C2RMF