Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Pierre Oudart et Christian Merlhiot, nouveaux directeurs des écoles d'art d'Aix et Marseille

Former des artistes : le cœur de métier des écoles d’art

Pierre Oudart et Christian Merlhiot, nouveaux directeurs des écoles d'art d'Aix et Marseille - Zibeline

La nomination de deux nouveaux directeurs aux écoles d’art d’Aix-en-Provence et de Marseille est l’occasion de faire le point sur ces établissements d’enseignement artistique supérieur aux missions identiques et aux spécificités distinctes.

Aux commandes de l’École supérieure d’art & de design Marseille Méditerranée (ESADMM) depuis octobre 2017 et de l’École d’art d’Aix-en-Provence depuis février 2018, Pierre Oudart et Christian Merlhiot ont en commun un long parcours en France et à l’étranger. En Irak puis en Syrie pour le premier, avant d’intégrer le cabinet de la ministre Catherine Tasca, puis la Drac Île-de-France, le Centre national des arts plastiques (CNAP) et la direction générale de la création artistique comme directeur adjoint des arts plastiques. En Italie et au Japon pour le second, après avoir enseigné le cinéma et la vidéo et codirigé la Villa Kujoyama, à Kyoto. Tous deux ont choisi, volontairement, de s’implanter à Marseille et à Aix-en-Provence pour relever le défi de l’enseignement supérieur de l’art en France.

La recherche de l’art par l’art

Sous la tutelle pédagogique de l’État mais financée à 90% par la Ville, l’ESADMM délivre les DNA et DNSEP* avec deux options Design et Art, et, pour la première fois, un 3e cycle ayant grade de doctorat. L’idée d’un examen d’entrée commun à toutes les écoles d’enseignement artistique supérieur de Paca, sauf Arles, fait son chemin… Actuellement 400 étudiants, dont une cinquantaine en Erasmus, une centaine d’enseignants et assistants  fréquentent le campus de Luminy malgré une légère baisse constatée par Pierre Oudart suite aux attentats à la gare Saint-Charles et à Nice qui ont impacté les inscriptions. « On est un établissement supérieur mais pas seulement, on encadre des ateliers publics sur place ou avec l’AP-HM et les Baumettes. La multiplicité des publics fait la richesse de notre histoire. On a une conviction, humaniste, que chacun peut être en situation de créer, peut avoir des moments de création partagée. Mais nous ne faisons pas cela pour que les gens aient des loisirs comme disait Malraux ». Si la recherche n’est pas encore un sujet d’actualité pour les sept établissements du Réseau École(s) du Sud, Pierre Oudart fait de la recherche sur la pédagogie en art le cœur de son projet : « On a longtemps considéré que c’était acquis alors qu’il faut se reposer la question sans cesse. Ma conviction est que la pédagogie est liée au développement d’un projet, qu’elle doit évoluer et être explicitée. Si on considère qu’un étudiant entre à l’école d’art pour devenir auteur (de sa propre vie également), il se passera quelque chose de formidable, ou non ». Partant du constat que l’interdisciplinarité est inhérente aux pratiques nouvelles des jeunes, il rêve d’un White Mountain College à Luminy à l’image du Black Mountain College qui permettrait, à Marseille, de vivre une expérience démocratique, de liberté et de gouvernance nouvelle… Un rêve qui s’appuie sur un état des lieux encourageant : « cette école est formidable, il suffit de leur laisser les clefs, de les accompagner, de les guider car ils ont une vraie appétence et beaucoup d’énergie ».

École(s) du Sud, plus qu’un réseau : une marque

Directeur de jury par le passé à Aix-en-Provence, Christian Merlhiot connaît bien la cité aixoise et l’École d’art, sa typologie des années 70 et son architecture moderniste. En 2014, à la Villa Kujoyama, son premier travail avait été de rénover le bâtiment et lui redonner vie en redéfinissant un programme de résidences, de recherches et de partenariats. À Aix-en-Provence, là encore, il engage un travail de rénovation architecturale et un projet artistique en dialogue avec l’équipe pédagogique (35 permanents), administrative (17 personnes), les intervenants extérieurs et les 140 étudiants en DNA et DNSEP option Art. Pour la première fois, Aix-en-Provence fait partie des rares écoles en France conventionnées avec des universités pour accompagner des doctorants à la soutenance de leur thèse. En revanche, depuis quinze ans, l’école s’est orientée vers les relations art et sciences avec un atelier emblématique, Mécatronique, qui articule les pratiques scientifiques et artistiques de très haut niveau avec des enseignants-chercheurs. Ce laboratoire de recherche, toujours novateur, a pour dominante la question de la création sonore. Ce qui convient parfaitement à Christian Merlhiot qui n’a jamais mis entre parenthèses son activité de cinéaste, et dont le regard « ni moins bon ni meilleur que les autres mais différent » permet une proximité avec les étudiants et une curiosité pour les projets. D’ailleurs il réfléchit au « rapprochement de la direction d’une école d’art à celle d’un directeur de CDN ou de CND que l’on trouve rarement dans le champ des arts plastiques ». C’est-à-dire qui associe un artiste à la structure… Quant à l’inscription de l’école dans le tissu territorial, il souhaite développer des partenariats transdisciplinaires : « La ville est réputée à l’étranger pour son travail sur les arts de la scène et la musique. Renforcer la relation entre arts de la scène et arts plastiques est une réflexion à mener pour croiser les pratiques issues de l’histoire de la ville avec d’autres qui se sont développées à l’étranger ». Grâce au Réseau École(s) du Sud, déjà, les écoles de Paca et Monaco maillent le territoire, organisent des expositions itinérantes (Inventeurs d’aventures) et réfléchissent à la mise en œuvre d’une pédagogie commune. À l’automne, un séminaire sur la mutualisation des expériences sera organisé et les étudiants, toutes écoles confondues, pourront participer à des modules de formation et de production dans les écoles de leur choix. Des échanges constructifs qui se poursuivront avec l’étranger pour faire du Réseau une vitrine et une marque.

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Avril 2018

*DNA : Diplôme national d’art (Licence) ; DNSEP : Diplôme national supérieur d’expression artistique (Master)

École supérieure d’art et de design Marseille-Méditerranée
04 91 82 83 10
esadmm.fr

École supérieure d’art d’Aix-en-Provence
04 42 91 88 70
ecole-art-aix.fr

Photos : Christian Merlhiot © Justine Emard et Pierre Oudart © Christian Chamourat