Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub

Entretien avec Franck Pourcel et ses Constellations exposées au FRAC à Marseille et à Arles

En mer

• 27 septembre 2013⇒19 janvier 2014 •
Entretien avec Franck Pourcel et ses Constellations exposées au FRAC à Marseille et à Arles - Zibeline

Après La petite mer des oubliés, Constellations constitue un des plus importants projets de Franck Pourcel, conçu dans le cadre de Marseille-Provence 2013, dernière étape du projet Ulysse proposé par le FRAC PACA, les Ateliers Euroméditerranée et une résidence à la Société nautique de Marseille. Deux expositions et un livre en rendent compte. Rencontre.

Zibeline : Constellations vous a pris trois ans. C’est votre premier travail de cette importance ?
Franck Pourcel : Oui en effet même si celui sur l’étang de Berre (La petite mer des oubliés, éditions Le bec en l’air, 2006) a été en terme d’investissement sur le terrain et de restitution beaucoup plus grand. L’importance ici vient essentiellement des enjeux, capitale européenne, FRAC et surtout d’avoir conçu le projet de A à Z, les déplacements à l’étranger (quinze pays dont certains instables…) contrairement à l’étang de Berre qui s’est construit à partir de diverses institutions.
Quelle place a pris ce projet de longue haleine dans l’ensemble de votre travail ?
Ces trois dernières années, ça a pris toute la place car je n’avais pas d’autres choix et je souhaitais rester concentré là-dessus pour garder une unité. J’ai tout de même fait un autre travail sur les aveugles et le foot aux Archives départementales en mai 2013 (Voï, les joueurs de foot, ndlr).
Des différences, des similitudes entre ces démarches ?
Ça été la construction d’une nouvelle expérience, aussi bien par l’acceptation face aux institutions, que l’expérience sur les différents terrains sur lesquels j’ai réalisé mes prises de vue, en continuant à respecter mes choix photographiques et déontologiques : être proche des gens tout en gardant la distance nécessaire et ne jamais donner d’argent pour obtenir une photographie. C’est une grande boucle que je referme comme si les autres travaux m’avaient servi d’expérience pour mener à bien celle-ci.
Des changements de pratique photo, de regard ?
J’ai davantage intégré la couleur, douce, complémentaire de ce que je fais en noir et blanc sur l’humain (gestuelle, corporelle). Ce double langage, qui me plaît beaucoup, a été très compliqué à gérer. Croisement dans la forme et croisement dans les récits. Je me suis donné des libertés «maîtrisées», «calculées». Jouer des pleins et des vides… Mais aussi aller à l’essentiel car peu de temps, ce qui signifie un gros travail en amont (pour chaque pays, études des géo-socio-politiques, littéraires, cinématographiques…) que je dois à ma compagne Lise Gabelier pour la construction du calendrier, des itinéraires…
D’autres projets ?
Maintenant j’ai besoin d’écrire, de mettre en mots, en phrase toute cette expérience, aussi bien le vécu sur le terrain que le vécu avec les institutions. Intellectualiser tout cela et particulièrement la notion de récit photographique. Et de partir sur d’autres territoires comme l’Asie, d’autres territoires tout aussi sensibles et humains car il s’agit toujours pour moi de mettre la place de l’Homme au centre de toutes les (mes) préoccupations.

Propos recueillis par CLAUDE LORIN

Décembre 2013

Constellations
jusqu’au 22 décembre
FRAC PACA, Marseille
jusqu’au 19 janvier
Abbaye de Montmajour, Arles
04 90 54 64 17
www.montmajour.monuments-nationaux.fr
www.constellationsulysse.tumblr.com

Photo : Franck Pourcel, Constellations, installation dans le choeur de l’abbaye de Montmajour, Arles, 2013 (c) C. Lorin/Zibeline