Qui sommes nous ?

Journal Zibeline actualit� culturelle

Nous sommes tous à la fois dans la cale et sur le pont. C’est ce que répondait Patrick Boucheron au public du MuCEM qui lui demandait de quel côté ce Nous de la Nation Française était aujourd’hui, après les attentats. Enfants d’esclaves, enfants de négriers, tous, et chacun d’entre nous. Victimes de la colonisation, de la Shoah, de la violence économique, sexiste et homophobe, tous, et tous aussi complices de la Collaboration et d’Hiroshima, de l’Algérie Française et de la Françafrique, exploiteurs des ouvriers chinois, destructeurs de la planète, pillards de l’avenir de nos enfants.

Celui qui se pense victime de siècles d’histoire française écrite avec son sang oublie ce qu’il fait subir d’oppression. Celui qui veut rester seul sur le pont, riche du travail des autres et préservé des reproches, dénie qu’il est aussi fils et parent de migrants, de chômeurs, d’opprimés.

Pourtant il faudrait cesser d’expliquer, parce qu’on risquerait d’excuser ? Il faudrait s’interdire de critiquer la politique d’Israël, parce que ce serait antisioniste et donc antisémite ? Il faudrait mettre à sa fenêtre un drapeau français, et dire que dans ce camp du Nous il n’y a pas d’explication à chercher, pas de nuance à apporter ?

Il est interdit de manifester contre la loi travail parce que, nous dit-on, nous sommes en guerre. Mais contre qui ? Contre nous-mêmes ? Pourquoi en Côte d’Ivoire compter les victimes Françaises, comme si les Ivoiriens n’étaient pas Nous, pas autant que les victimes Belges ? Les monstres qui nous terrorisent sont nés de notre échec à admettre que les droits de l’homme, l’universel, ne s’imposent pas par les armes, l’exploitation et le capital, mais par la culture partagée, et l’estime de l’étranger. Par l’hybridation, et l’acceptation de l’autre en nous. De celui qui fut dans la cale, de celui qui fut sur le pont.

Plus que jamais c’est par la pensée complexe, l’analyse, le partage, que nous pourrons fonder véritablement du commun, et sortir de la terreur qu’ils nous imposent.

AGNÈS FRESCHEL
Mars 2016