Le temps du changement ?

Journal Zibeline actualit culturelle

 

En quelques mois la France a changé de mains : Sénat, Gouvernement, Assemblée sont désormais socialistes. Cela va-t-il ranimer la vie culturelle ? Beaucoup l’espèrent mais peu semblent y croire, tant le sujet a été absent des campagnes, ou mal abordé.

Pour les Socialistes, la question culturelle paraît centrée autour de lois à changer. Hadopi, qui veut protéger les droits des artistes mais sert essentiellement les intérêts des majors ; la TVA sur le livre ; l’éternel «problème» des intermittents ; la décentralisation à repenser. Excepté ces points, il est question d’éducation artistique, un peu de spectacle vivant, et jamais de moyens de production. On ne sait trop ce que les socialistes veulent faire du réseau d’État, s’ils souhaitent changer les orientations des DRAC, des équipements nationaux, inventer de nouvelles règles de coopération avec les Régions et les Villes, accorder plus de place et de considération à ce qui s’y crée… Peut-on envisager que, comme au gouvernement, la parité puisse faire son chemin dans les instances d’administration de la culture, et dans les programmations ? Peut-on espérer que la culture s’aborde enfin pour ce qu’elle est, c’est-à-dire non comme un joujou luxueux, mais comme un enjeu essentiel de civilisation, un moyen de lutte contre l’asservissement mercantile des esprits ?

Dans notre région les chiffres font mal. La présence du Front National, son emprise sur les consciences va au-delà du vote exprimé, et des élus locaux de tout bord vivent la politique de manière indigne. La question culturelle est là : dans le modelage insidieux des mentalités, l’installation des habitudes, dans la peur instillée qui empêche de regarder l’autre, de sortir des schémas établis, des dominations. Des formatages du goût, aussi. Comment refuser les replis identitaires, les rivalités mesquines, comment réinventer nos vies, en retrouver la flamme ?

Les créateurs sont là pour nous emmener vers leurs utopies. S’il est vrai que François Hollande a fait un rêve, si les socialistes veulent encore changer la vie, si tous ces mots ne sont pas que des slogans de campagne, il faudra vraiment redonner aux artistes les moyens de penser le monde. Et la liberté de le subvertir.

 

AGNÈS FRESCHEL

Juin 2012