Est-ce la fin du début ou le début de la fin ?

Journal Zibeline actualit� culturelle

Et le chœur de continuer : « Si vous ne comprenez plus, nous non plus, on comprend rien ! ». Les paroles du final d’Émilie Jolie, conte musical délicieusement vintage écrit par Philippe Chatel en 1979, s’appliquent parfaitement à notre période d’entre-deux qui n’arrête pas de s’étirer. Le début de l’année ? Ou la fin de vous savez quoi ? La Saint Sylvestre qui précipite l’esprit de Noël en une furieuse course aux sites de revente de cadeaux ? Le début des jours qui rallongent ? La fin des haricots. Le calendrier est plus brouillé que jamais, il n’y a plus de saisons, c’est bien connu, et la cendre couve sous les braises du couvre-feu.

« Non ! ne faites pas la fin, mon amie a du chagrin, elle attend le prince charmant », entame Émilie de sa voix cristalline.

Et pourtant le compte à rebours a commencé, et l’heure a sonné. Les princes sont bien là, embusqués dans la forêt profonde, on les entend qui chantent leurs refrains éculés. Ils ont jusqu’au Printemps pour peaufiner leurs vocalises. Au diapason, les princesses entonnent la ritournelle. Une partie de campagne où il sera bien difficile de s’y retrouver. Entre les panneaux qui mènent à des précipices où les monstres attendent les promeneurs désespérés, ceux qui entraînent vers un aller direct dans le brouillard, ceux qui sont illisibles, ceux dont on connaît déjà l’issue et, non merci, on ne va pas y retourner, les voies sont bien inhospitalières. La tentation des chemins de traverse ? C’est une alternative. Meilleure que celle de rester paralysé par le chant des sirènes.

Il va bien falloir faire quelque chose. S’aventurer dans les sous-bois, d’un pas réfléchi, attentif·ve·s aux chausse-trapes, et savoir entendre le charme qui peut-être point malgré tout quelque part, dans ce qui pourrait ressembler enfin à un début. Celui d’un récit qui développe une part de vérité constructive, qui pourrait rassembler les voies parallèles, dénoncer pour de bon les fausses pistes, et former un ensemble de voix harmonieuses, fortes, fières. Une voix de tête, féminine, lettrée, humaniste. Celle d’une grande dame qui a depuis longtemps fini d’attendre le prince charmant.

ANNA ZISMAN
Janvier 2022