Dans la nasse

Journal Zibeline actualit culturelle

La technique de répression des manifestations s’inspire des hauts faits de Margaret Thatcher du temps où elle dérégularisa les transports aérien et ferroviaire, brisa la grève des mineurs, laissa mourir Bobby Sands et imposa sa Poll Tax aux plus pauvres. Tout en dénigrant l’Europe et en commençant à pousser son peuple brisé vers un Brexit nationaliste. Qui pensait alors que 30 ans après la France suivrait son modèle, privatisant les aéroports, remettant en cause sa justice fiscale, inventant la garde à vue préventive et défonçant le crâne d’une jeune fille à terre ?

La technique de la nasse est imparable : la police isole, au hasard, une partie des manifestants, l’entoure sans laisser d’issue, se rapproche, enserre, attend la protestation puis charge sans sommation, précédée de lacrymos et de LBD. Les gentils Bobbys de Thatcher chargeaient à cheval, frappant sur les têtes comme des joueurs de hockey. Les CRS casqués se prennent plutôt pour des footballeurs américains, ils travaillent à hauteur d’homme et les images en sont moins spectaculaires. Brouillées, elle permettent d’accuser les victimes d’être à l’origine des violences, ce qu’au moins Thatcher, au cœur même de la grève des mineurs, n’avait pas le cynisme de faire.

Cynisme et chantage. Lorsqu’on atteint le taux d’impopularité d’E.M. (En Marche / Emmanuel Macron), se présenter comme le dernier rempart contre le Rassemblement National est totalement irresponsable. Un meilleur score du RN que de EM aux Européennes ne changerait en rien l’équilibre de l’Assemblée européenne, alors pourquoi agiter cet épouvantail ?

Il s’agit encore de bloquer dans la nasse, d’isoler, d’enserrer puis de réprimer. Les Français réclament un référendum d’initiative citoyenne ? Montrons combien ils votent mal, combien le peuple est fainéant et violent, homophobe et antisémite, infantile et irresponsable. Supprimons la démocratie en faisant mine de la défendre, orientons les regards vers le ciel, Paris et Notre-Dame, dénigrons la province, les pauvres, les services publics et la matérialité des luttes sociales. Méprisons, au risque du désespoir.

Il est d’autres choix que le Rassemblement National ou En Marche. Se présenter comme la seule alternative à Le Pen c’est jouer avec le feu et augmenter objectivement le nombre de ceux qui ne voteront pas, ou voteront RN, pour faire tomber Macron. Seule une gauche reconstruite le pourra, qui écoutera enfin les souffrances et les désirs du peuple.

AGNÈS FRESCHEL
Mai 2019