Culture glocale

Journal Zibeline actualit culturelle

« Penser global, agir local ». Cette devise de l’écologie politique a quarante ans, mais elle pense peu la relation de ses deux termes.

Agir local, militer, construire, participer, manifester, créer des œuvres dans les rues, avec les gens, ouvrir les théâtres, occuper des ronds-points, inventer des ZAD et des Nuits debout, fabriquer des tiers lieux, ces nouvelles actions se mènent avec ou sans conscience de la nécessité globale d’une sortie du capitalisme. De ses injustices, son inefficacité, son invalidation de l’humain mais surtout, aujourd’hui, de la destruction possible de nos vies vers laquelle il nous entraîne en sabotant la planète pour le profit, immense et à très court terme, de quelques-uns.

À l’inverse la pensée politique semble incapable de se nourrir de ce que les citoyens trament dans les marges, localement, obstinément. En haut on se moque de Greta, on fragmente et on oppose les luttes, on ne voit pas qu’une nouvelle humanité s’invente là, où les préjugés de genre éclatent, où l’animal est regardé, où les Amazoniens sont défendus contre les orpailleurs, où les Chinois s’organisent, massivement, pour pouvoir respirer.

Notre vie culturelle régionale donne à voir ces inquiétudes, diffuses ou précises, et ces émergences, lointaines ou locales. Un monde se rêve où les exilés vivent où bon leur semble, où les relations de couple se réinventent, où la réussite sociale n’est plus un but en soi, où la productivité est abandonnée.

Le temps est-il venu de dépasser la devise, et de penser localement pour agir globalement ? Jamais les modèles locaux d’alliance, de recherche scientifique et artistique, de militance humanitaire, n’ont été aussi opérants. Jamais la lutte centralisée pour les étouffer n’a été aussi forte.

Les saisons des théâtres que nous vous présentons portent, chacune à sa manière, la trace de ces nouvelles questions, urgentes, diffuses, qui traversent nos vies. Il est essentiel, pour les humains et les citoyens que nous sommes, d’aller les écouter et d’élaborer nos réponses.

AGNÈS FRESCHEL
Septembre 2019