Vu par Zibeline

Les films de Cinécole à Cannes : une sélection riche et variée !

Cru 2015

• 23 mai 2015⇒24 mai 2015 •
Les films de Cinécole à Cannes : une sélection riche et variée ! - Zibeline

Un savant équilibre

Si l’analogie sportive du marathon vient naturellement à l’esprit pour l’opération qui réunit, chaque année, dans la salle du Miramar à Cannes, avant l’annonce du Palmarès, près de 300 enseignants et étudiants pour 30 heures de cinéma non stop, c’est sur une métaphore œnologique que s’est construit le discours inaugural de cette 33è édition de CINECOLE. La commission composée d’enseignants de l’Académie de Nice, coorganisatrice de l’événement avec Cannes-cinéma, a présenté sa sélection de onze longs métrages et un court, issus de toutes les sections, comme autant de vins aux couleurs et bouquets différents. Et pour sortir de la blanche nuit sans gueule de bois, les programmateurs ont su maintenir un savant équilibre entre comédies fruitées, plus ou moins acidulées et œuvres graves, charpentées, longues en bouche comme le bouleversant Mia Madre de Nanni Moretti injustement oublié du Jury présidé par les frères Coen et projeté en clôture.

On a pu voir cependant quelques œuvres primées comme Masaan de Neeraj Ghaywam, un des deux films indiens présents à Cannes cette année (Prix FIPRESCI). Regard sur les blocages de la société indienne à travers deux histoires d’amour impossibles. Ou encore The Lobster du réalisateur grec Yorgos Lanthimos (Prix du scénario). Une fable improbable sur le diktat du couple, où on retrouve Colin Farrell, en architecte un peu falot largué par sa compagne. 45 jours lui seront accordés pour trouver l’âme sœur sous peine d’être transformé en homard ! Il y a un grand hôtel où s’organisent les mariages et les mises à mort des célibataires, une forêt où on chasse à coups de seringues les solitaires et, où ces derniers ont organisé une Résistance tout aussi fascisante que ce à quoi ils résistent. Ce film plutôt roublard, clairette plus que champagne, qui réunit entre autre stars, Rachel Weisz et Léa Seydoux, a laissé le public de Cinécole assez perplexe.

Autre film pétillant, le premier essai réussi de Mathieu Vadepied, La Vie en grand, une version «banlieue» des 400 coups de Truffaut (lire ici). Notons la présence affirmée de la Section ACID avec des crus aux robes plus sombres : De l’Ombre il y a de Nathan Nikolovitch et La Vanité de Lionel Baier que Xavier Leherpeur est venu défendre avec son enthousiasme débordant (lire ici).

Le palmarès cinécolien

Le Coup de Cœur du public est allé sans discussion à Mustang de la réalisatrice franco-turque Deniz Gamse Ergüven qui a obtenu par ailleurs le Label Europa Cinéma. Hymne au désir féminin qu’aucun mur ne pourra jamais retenir ! (lire ici). Suivi ex aequo dans les suffrages, par deux films de la Quinzaine des réalisateurs : Le tout nouveau Testament de Jaco Van Dormael ( lire ici) et A Perfect Day de Fernando Léon de Aranoa au casting international : Tims Robbins, Mélanie Thierry, Olga Kurylenko, Fedj Stukan. Le cinéaste espagnol y dénonce avec un humour décapant l’absurdité de la guerre en suivant les tribulations tragi-comiques d’une équipe de travailleurs humanitaires à la fin de la guerre de Bosnie. Ecrans Juniors ont présenté Le Monde de Nathan réalisé par Morgan Matthews, une jolie histoire sur la différence qui nous entraîne jusqu’en Chine pour des Olympiades de mathématiques !

 Cinécole au cœur des dispositifs éducatifs pour le cinéma parie sur la découverte et la transmission. Nul doute que ce cru 2015 aura atteint ces objectifs.

ELISE PADOVANI
Mai 2015

La manifestation CINECOLE s’est déroulée les 23 et 24 mai 2015 dans la salle du Miramar à Cannes