Vu par Zibeline...et labora, exposition de circonstance sur le travail à Arles

Zig-zag dans le travail

• 12 décembre 2019⇒13 avril 2020 •
...et labora, exposition de circonstance sur le travail à Arles - Zibeline

Au moment où le travail, comme d’autres besoins fondamentaux, est en crise, …et labora, l’exposition de rentrée de la Fondation Van Gogh, propose un parcours inhabituel et distancié sur le sujet.

Vincent van Gogh fut fortement impressionné par les conditions de travail des humbles et témoin des transformations sociales imposées par l’industrialisation de l’Europe. L’exposition a été conçue à partir d’une centaine de photographies rares appartenant aux collectionneurs suisses Ruth et Peter Herzog couvrant cette période laborieuse du XIXe siècle et début du suivant, en dialogue avec des ex-voto provençaux et des œuvres plus contemporaines.

Peins et travaille
 « L’art contemporain est exposé pour éclairer le passé, cela permet d’ouvrir sur la culture populaire, de sortir aussi du récit formaliste de l’histoire de l’art » précise la commissaire de l’exposition, Bice Curiger. Et de nous proposer des outils pour construire notre propre lecture face au monde du travail. En effet, le parcours (parfois un peu austère) qui « compte sur la sensibilité du public » évite l’écueil du pédagogique ou de l’analyse sociologique. Au lieu de Marx ou Max Weber, ce sont les artistes, plus concrètement leurs œuvres qui nous parlent du travail et, en même temps, de leur travail en tant qu’artistes. Comment ne pas être impressionné par le défi technique des photographies monumentales d’Andreas Gursky ou Thomas Struth, tout autant par leur puissance de suggestion ? Non loin, un godet de pelleteuse rouillé (rendu précieux par ajout de tiges en onyx) de Cyprien Gaillard, posé devant des terrassiers peints quasi grandeur nature par Liu Xiaodong, interroge notre degré de réalité. Le projet curatorial devient nettement plus incisif avec la vidéo de Mika Rottenberg, NoNoseknows (50 kilos variant), regard mi-caustique, mi-humoristique sur des travailleuses de perles chinoises ; il questionne les gestes professionnels avec le film d’Emmanuelle Lainé et nous renvoie vers une autre vidéo de Yuri Patterson où un espace contemporain de co-working se déroule en vision déshumanisée, renversée du sol au plafond. Ne sont pas loin les photographies d’usines du XIXe à la gloire du propriétaire, où les employés sont réduits au rôle de faire-valoir. Par contre on est moins convaincu par l’argument qui nous donne une étude de chauve-souris peinte par Van Gogh (le prêt annuel du musée van Gogh d’Amsterdam) comme exemple du travail  produit par un artiste à l’œuvre. Plutôt qu’une seule ébauche, le processus d’élaboration artistique se donne à voir dans la série de photographies peintes de Liu Xiaodong. À l’exhortation bénédictine « Ora et labora » (« Prie et travaille ») , on serait tenté de lui substituer l’incitation « peins et travaille » !

CLAUDE LORIN
Décembre 2019

…et labora
jusqu’au 13 avril

Fondation Vincent van Gogh, Arles
04 90 93 08 08

Photo Exposition …et labora, œuvres de Cyprien Gaillard et Liu Xiaodong © C. Lorin

Fondation Vincent Van Gogh
35 ter rue du Docteur Fanton
13200 Arles
04 90 93 08 08
www.fondation-vincentvangogh-arles.org