Z comme Bojan, fin comme Tord

 - Zibeline

Le piano jazz, à La Roque d’Anthéron, aime les mélodies

En première partie de la nuit Jazz du Parc de Florans,  Bojan Z offrait un concert pour gourmets, entre ses deux instruments, piano et Fender Rhodes. Le piano se prête à tous les jeux, par son ossature, ses cordes à nu effleurées, frappées, pincées. Éclot ainsi la rythmique délicate de Full Half Moon, et ses notes rêveuses, l’univers de Bojan Z s’installe… et les accords du piano se mêlent aux sonorités électriques du Fender Rhodes en un jeu d’échos et d’harmonies. Bojan Z, installé entre ces deux instruments navigue, improvise, entraîne dans un univers où swing et développements mélodiques se conjuguent.  Émotion sensible de Dad’s Favorite où le thème initial fonctionne commune réminiscence ententée, vivacité de la danse de Bohemska, inspirée d’un thème populaire des Balkans repris dans un tempo jazzique enlevé, nourri de références classiques, comme le thème de l’Hymne à la joie, humour d’une danse irlandaise avec le jeu en miroir du synthé et du piano, hommage à Duke Ellington avec la reprise en bis de On a turquoise cloud…  une maestria virtuose, peuplée de notes comme liquides…

Bojan Z revenait tout juste du Festival de Marciac où son dernier disque solo, Soul Shelter, a reçu la distinction de disque de l’année et son auteur, celle de musicien de l’année. Récompenses plus que justifiées !

Communion

La deuxième partie accueillait le Tord Gustaven Quartet, avec présentation de son nouvel album, The Wheel. Univers intimiste, éthéré, un jazz souvent minimaliste qui laisse percevoir les respirations du silence. The Wheel ouvre le concert, envoûtant, avec un saxophone velouté, un travail de crescendo, la construction d’un thème aux allures de poème symphonique. Les compositions sont très lyriques, comme A Gift, ou plus encore de Communion « Dans cette cathédrale de la nature dans laquelle nous nous trouvons, on ressent un sentiment religieux » affirme le pianiste Tord Gustavsen. Personnage étonnant, comme consumé par un feu intérieur, avec une approche du piano aussi torturée que les sons produits sont fluides, aériens… Les quatre musiciens, Jarle Vespestad aux percussions (superbe en solo), Mats Eilertsen à la contrebasse, avec un jeu délié, Tore Brunborg aux saxophones, et ses phrasés subtils, Tord Gustavsen au piano, compositeur du groupe, nous entraînent dans leur bulle aux respirations secrètes. Un travail d’une finesse infinie.

DAN WARZY et MARYVONNE COLOMBANI

La nuit du Jazz  a eu lieu à La Roque d’Anthéron le 27 juillet


Abbaye de Silvacane
Route Départementale 561
13640 La Roque-d’Anthéron
04 42 50 41 69
http://www.abbaye-silvacane.com/