Vu par ZibelineCréation mondiale de la dernière oeuvre de Zad Moultaka

Voyage initiatique

Création mondiale de la dernière oeuvre de Zad Moultaka - Zibeline

C’est à une « double approche » que s’est exercé l’ensemble Musicatreize avec la nouvelle œuvre de Zad Moultaka en création mondiale, Sortir au jour (Khenkhenou). Inspirée du récit mythologique égyptien et du Livre pour sortir au jour, cette « fresque musicale à multiples visages » était présentée deux fois au public, d’abord à l’abbaye de Silvacane, en un concert participatif composé de plusieurs chœurs amateurs (sous la direction de Cati Delolme), puis dans l’écrin de la Salle Musicatreize, avec seize voix solistes et bande. La seconde représentation donnait lieu à un enregistrement de France Musique. Les voix des chanteurs de Musicatreize étaient alors accompagnées des sons enregistrés lors du concert donné à Silvacane, accordant à l’interprétation sur scène des échos et des résonances renforçant le mystère qui avait lieu : invocation de noms de dieux égyptiens antiques, repris, psalmodiés, murmurés, réitérés ostinato, nimbant l’espace sonore de significations ésotériques  où l’on croyait parfois pouvoir trouver un sens. Union d’Isis et d’Osiris, parcours rituel de l’âme jusqu’à une renaissance à l’instar du dieu assassiné par son frère Seth. Peu importe la teneur du texte, seuls quelques titres sont précisés, « Car ton visage sera beau », « La senteur du dieu…est ton encens », « Purification avec les quatre aiguières –Nemset / Dechret », « Or, ensuite de cela, extraire les entrailles une seconde fois », « Pour toi viennent les plantes qui sortent de la terre »… Pas de traduction autre, le compositeur préfère la force incantatoire des sons, leur puissance évocatrice à toute plate transcription. Le langage n’est plus que musique, ce qui pourrait être terme signifiant prend valeur de neume, variant entre rythmes, hauteurs, les voix deviennent instruments percussifs, modulent, ondoient, dessinent un univers où ombre et lumière se côtoient, se heurtent, s’affirment tour à tour. L’auditeur se laisse porter par la conjugaison des sonorités, captivé par leur obscure charge révélatrice. L’ensemble vocal de Musicatreize, mené avec une fine et élégante précision par Roland Hayrabedian, sert intelligemment le propos. Éros et Thanatos fusionnent dans l’union d’Isis et d’Osiris, et les symboles prennent vie.

MARYVONNE COLOMBANI
Mai 2018

Concert vu le 22 mai, salle Musicatreize, Marseille

Photographie : Ensemble Musicatreize © Anne Loubet

Salle Musicatreize
53 Rue Grignan
13006 Marseille
04 91 00 91 31
musicatreize.org