Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Jean-François Rauzier : un touche à tout de génie exposé à l'Hôtel des Arts de Toulon

Voyage en Rie Azurie…

• 3 août 2013⇒1 septembre 2013 •
Vérifier les jours off sur la période
Jean-François Rauzier : un touche à tout de génie exposé à l'Hôtel des Arts de Toulon - Zibeline

Il y a des contrées inconnues, d’autres inatteignables. Celle de Jeremy Blackwell, pionnier de l’aéronautique et constructeur de dirigeables, du paléontologue Martin Palet et du capitaine d’industrie Justin Hoffmann Jr. est fictionnelle, réelle et virtuelle ! Impensable ? Non, grâce à l’imagination galopante de Jean-François Rauzier, alias Jules-Ferdinand Rie Azur, «touche à tout de génie» qui les rencontra lors d’un symposium en 1959… Une imagination quasi sidérale puisque l’univers de son projet Arches frôle la quatrième dimension : un pied dans le réel, un autre dans le futur ; un pied dans les mythes fondateurs, un autre dans l’imagerie numérique. Le tout donnant lieu à une épopée fantastique peuplée de gens, de bêtes, de vaisseaux, de montgolfières, d’architectures, d’images parfaitement identifiables qui, mille et une fois recomposées, déconstruites et reconstruites au millimètre près, tordent le cou au réel, le subliment, le transgressent. Où les livres, la sculpture, la peinture, la spiritualité sont les gardiens du temple, indispensable patrimoine à emporter avec soi quand on aborde les rivages de Arches.

Tout l’art du géniteur de ce monde suspendu, photographe plasticien et son double «touche à tout de génie» immiscé dans chaque tirage, est d’être «un optimiste lucide». Aveu bienvenu quand certaines de ses Hyperphoto (concept dont il est l’inventeur là encore) donnent froid dans le dos lorsqu’elles évoquent les excès et les décadences de ses contemporains : la surinformation, l’argent, la prostitution, le jeu, les loisirs, le sexe, l’immobilier… Quand elles représentent un zoo dont les gorilles sont les matons et certains pensionnaires des humains délinquants aux combinaisons orange… Mais une fois les morceaux du puzzle mis bout à bout, et après avoir lu les (fausses) archives tirées de (vrais) documents, fouillé du regard les images kaléidoscopiques tirées sur Dibon ou tissu aux dimensions extra larges, on perçoit la facétie derrière la monstration, l’onirique derrière le fantastique. L’odyssée futuriste est une odyssée des rêves vécue par un artiste qui jongle avec le réel, les sensations, le vertige de l’inconnu, les abysses de la transformation du monde, inexorable. «J’ai besoin de pousser la falsification car tromper est un vrai plaisir», explique celui qui se définit comme «un démiurge et un falsificateur au pouvoir fabuleux». Avant, il rêvait de créer un film : «j’étais un cinéaste frustré» ; aujourd’hui il écrit des films en inventant une épopée autour d’un personnage, d’une généalogie, en tournant des vidéos, en bâtissant des cités artificielles comme autant de villes invisibles

MARIE GODFRIN-GUIDICELLI
Août 2013

Photo : Bain-de-foule-©-Jean-François-Rauzier

Arches

Jean-François Rauzier

Jusqu’au 1er septembre

Hôtel des Arts, Toulon

 


Hôtel des Arts
Centre d’Art du Conseil Général du Var
236 boulevard Général Leclerc
83093 Toulon Cedex
04 94 91 69 18
http://www.hdatoulon.fr/