Vu par Zibeline

Traverser le Purgatoire avec 150 Nono...

Voyage en pays étrange

• 12 juin 2015⇒20 juin 2015 •
Traverser le Purgatoire avec 150 Nono...  - Zibeline

Le Purgatoire est un pays où les âmes mortes errent en peine, au c?ur de souvenirs effacés qui surgissent par instant en flots incontrôlés… Traverser cette contrée des morts en invité curieux a quelque chose d’un plaisir orphique, mêlé de terreur. Comme il se doit, ce Purgatoire est imaginé par une Trinité divine : Marion Coutris à l’écriture, Alain Aubin à la musique, Serge Noyelle à la mise en scène, assistée de Marco Quesada (musique), Catherine Oliveira (costumes) et… Dante Alighieri qu’ils ont dû croiser entre Enfer et Paradis. Pour figurer les ombres, près de 150 corps psalmodiant, murmurant, criant, questionnant, bruissant de mots et de chants, en des espaces clos d’une beauté fulgurante : des femmes en cage vous accueillent, invitant à les rejoindre comme des corbeaux croassants, des hommes posent des questions sidérantes, une femme assise se prend pour une reine adulée, des hommes chantent sur des chaises envolées, un groupe de réfugiés avance vers la lumière , un homme vous sert à boire des potions colorées, un musicien fait sortir des sons de baguettes de glace, un homme en robe chante en soprano pour une femme en marcel qui lui répond des phrases belles et insensées, des spectres errent, des convives s’irritent autour d’une tête de cochon en gelée bleue qui oscille… Chaque spectateur traverse les tableaux à son gré, s’asseyant sur les transats pour une longue pause ou fuyant rapidement les scènes trop glaçantes. Les maquillages blancs, les coiffures étagées, les costumes noirs et blancs et pourpre faits de dentelles subtiles et de tissus anciens, répondent aux harmonies gauchies de chants enfantins qui semblent ressassés dans des mémoires défaillantes et tous les sons se mêlent, surgissant d’une pièce à l’autre comme des échos récurrents. On aimerait s’attarder encore, mieux écouter les mots parfois perdus dans le brouhaha qui résonne, rester longtemps, assis, dans chaque pièce, et revenir, mais à l’issue du voyage le gardien de la vie nous a offert du sel et ramené à l’espérance. Alors on part boire un verre, frustré de ne pas applaudir… et de ne pas avoir la place de citer ici tous les artistes marseillais, professionnels ou amateurs, que l’on a reconnus au passage !

AGNÈS FRESCHEL
Juin 2015

Purgatoire, création du Théâtre Nono, est joué les vendredi et samedi jusqu’au 20 juin

 


Théâtre Nono
35 Traverse de Carthage
13008 Marseille
04 91 75 64 59
www.theatre-nono.com