Vu par Zibeline

Essai transformé pour les cultures queer et la 2e édition du festival Transform, à Marseille

Vous avez dit déviant ?

Essai transformé pour les cultures queer et la 2e édition du festival Transform, à Marseille - Zibeline

Après une naissance dans les quartiers sud, le festival porté par le collectif LGBTQI Idem a mis le cap vers l’Estaque, au pied du massif de la Nerthe, dans une cimenterie désaffectée dédié à la résidence et la création artistiques, la Déviation. Au centre de la programmation, les questions de sexualité et de genre -et donc de normes et de différence- vues à travers le prisme de la création contemporaine et d’artistes queer.

Danseur et chorégraphe, François Chaignaud, de la compagnie Vlovajob Pru, s’est déployé au milieu du public, happé par son solo Dumy Moyi. Une performance déambulatoire entre récital lyrique polyglotte et danse sacrée, créée en 2013 pour le Festival Montpellier Danse. Comme une créature couverte d’une parure carnavalesque, Chaignaud se meut dans un espace sans scène ni gradin, n’hésitant pas à frôler les spectateurs, comme il bouscule le cadre occidental du théâtre. Sa quasi-nudité provoque le contraire d’une gêne, elle créé une intimité bienveillante. Quand les mouvements, d’inspiration indienne, nous tournent vers l’Orient, les chants, eux, questionnent nos sens et nos références par la diversité de leurs origines : répertoire médiéval, cultures philippine, séfarade ou ukrainienne.

Changement de décor. Mmakgosi Tsogang Kgabi définit sa performance Shades of a queen, comme une conversation qui invite le spectateur à prendre part à ses réflexions sur la construction des identités de genre. Dans son salon vintage, elle enchaîne les appels téléphoniques, des conversations courtes et répétitives, les questions insolites, à des interlocuteurs des deux sexes. Allemande d’origine sud-africaine, l’artiste mêle également à sa démarche la question de l’origine : noire et lesbienne n’est pas une double peine mais un point d’appui pour une artiste qui joue sur le terrain de la subversion.

Choix artistique assumé, chaque soirée se termine avec un DJ set qui met à l’honneur les femmes qui ne sont pourtant pas rares dans cette discipline mais seulement ignorées. Là encore, histoire de décloisonner… les genres.

THOMAS DALICANTE
Mai 2017

Le festival Transform s’est déroulé les 21 et 22 avril, à La Déviation, Marseille

Photo : Shades of a queen, Mmakgosi Tsogang Kgabi © Hervé Richaud