Vu par Zibeline

Coup de coeur littéraire entre Camille Laurens et Laurence Tardieu

Voix en miroir

Coup de coeur littéraire entre Camille Laurens et Laurence Tardieu - Zibeline

 

Comment les écrivains entrent-ils en amitié ? Question intéressante à laquelle les Écrivains en dialogue donnent quelques réponses. Cette fois c’est Laurence Tardieu qui a eu un coup de cœur pour l’écriture de  Laurens. Pourquoi ? «Son œuvre me percute, sa langue m’atteint», dit-elle. Elle avoue s’être trouvée dans une sorte d’hébétude à la lecture de Philippe, le premier livre totalement autobiographique et terriblement douloureux où Camille Laurens en 1995, racontait la perte de son enfant. Elle y a ressenti l’expérience du deuil et trouvé les mots pour comprendre sa propre douleur, la mort de sa mère et le silence de son père. C’est ainsi que le désir d’écrire La confusion des peines (voir p. 45) s’est peu à peu imposé, celui d’aller au plus près de la vérité, au plus près de la chair des mots. Chacune retrouve dans l’autre la solitude, l’impuissance, la douleur. Toutes deux affirment ne plus pouvoir ni vouloir «raconter des histoires». Camille Laurens préfère parler d’«écriture de soi» plutôt que d’autofiction. Pour autant ni l’une ni l’autre ne tombe dans la déploration ou le sentimentalisme fade. Elles savent garder une fermeté et même un certain humour, surtout Camille Laurens qui manie le calembour avec délectation. Chacune a une dynamique personnelle, une voix. Laurence Tardieu raconte d’ailleurs que dans son enfance elle avait l’impression de ne pas sortir sa voix ; c’est par l’écriture qu’elle l’a trouvée : en regardant son père dans les yeux et en lui offrant son livre. Toutes deux revendiquent la portée universelle de leurs écrits, évoquent Proust qui affirmait que l’intime tend à l’universel, que c’est là qu’il prend tout son sens. Chacune nous propose des extraits de ses romans. Leurs voix sonnent juste et se rejoignent. Et résonnent en nous.

CHRIS BOURGUE

Février 2013

 

Cette rencontre a eu lieu le 18 janvier aux ABD Gaston Defferre, Marseille. Modérateur : Pascal Jourdana de l’association La Marelle


Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône
20 rue Mirès
13 003 Marseille
04 13 31 82 00
http://www.biblio13.fr