Vu par Zibeline

Les Limbes, ou la sombre et mystérieuse magie d'Etienne Saglio

Voiles de mystères

• 12 février 2015⇒15 février 2015 •
Les Limbes, ou la sombre et mystérieuse magie d'Etienne Saglio - Zibeline

Un spectacle est nécessairement une alchimie d’énergies et d’individus. Les Limbes, qu’Etienne Saglio présente au Théâtre du Merlan, en est la démonstration éclatante. Dans cette création récente (novembre 2014), le magicien est en apparence seul en scène. Mais ce spectacle est bien une œuvre collective, celle de la Compagnie Monstre(s), et il doit beaucoup à tous ceux qui accompagnent et assistent l’artiste.

En premier lieu, Elsa Revol, qui signe une création lumière d’une exceptionnelle qualité. Jouant sur les ombres, les flous, les flashes, les douches voilées, l’éclairage de la scène amène un univers sombre et enveloppant. L’obscurité, nécessaire techniquement pour réaliser quelques prouesses magiques, est justifiée et même magnifiée par des effets visuels saisissants.

Ventriloque silencieux

L’ambiance générale est à la fois morbide et poétique. L’illusionniste déplace le champ magique vers de nouvelles formes. La marionnette, la danse, le théâtre, se mêlent à la magie tout au long du spectacle. Le personnage, inventé par Etienne Saglio, évolue aux marges de l’au-delà. Comme un ventriloque silencieux, il anime cette marionnette qui semble parfois plus vivante que lui. La mort, les esprits, les fantômes envahissent le plateau.

Le Stabat Mater de Vivaldi résonne et ajoute à l’atmosphère trouble. Une paillasse désarticulée prend soudain vie ici, tandis que son double apparaît là-bas. D’inquiétantes silhouettes avancent sur un voile de lumière, une immense bâche de plastique flotte au-dessus de la scène, le personnage lutte avec des feux follets qui virevoltent. Entre rêve étrange et passage initiatique, l’artiste navigue, tout en subtile ambiguïté.

Le spectacle repose essentiellement sur un effet magique classique, la lévitation, que l’illusionniste adapte, revisite et renouvelle constamment. Parfois, certaines séquences traînent en longueur, quelques tableaux se répètent aussi. En affinant ces détails, le spectacle gagnerait en rythme. Mais on passe volontiers sur ces légers défauts. Les innovations sont telles et l’univers si déroutant, qu’on se laisse envelopper sans peine par tant de mystères.

JAN-CYRIL SALEMI
Février 2015

Photo : © Etienne Saglio

Les Limbes s’est joué du 12 au 15 février, au Théâtre du Merlan à Marseille, dans le cadre de la Biennale Internationale des Arts du Cirque.

 


Théâtre le Merlan
Scène Nationale
Avenue Raimu
13014 Marseille
04 91 11 19 30
http://www.merlan.org/