Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Expositions de Lourdes Castro et Ulla von Brandenburg au Musée régional d’art contemporain de Sérignan

Vivante absence

• 17 février 2019⇒2 juin 2019 •
Expositions de Lourdes Castro et Ulla von Brandenburg au Musée régional d’art contemporain de Sérignan - Zibeline

Lourdes Castro et Ulla von Brandenburg au Mrac : deux plasticiennes habitées par le désir de cerner une aura intime

Lourdes Castro et Ulla von Brandenburg ne se sont sans doute jamais rencontrées, et chacune a un parcours singulier. Pourtant, c’est un réel plaisir de se laisser guider de l’une à l’autre par des fils qui révèlent des thématiques communes. Autant chez la presque nonagénaire portugaise que dans le travail de l’artiste née en 1974 en Allemagne et installée à Paris depuis 2005, on retrouve un égal désir de capter une absence. L’une et l’autre ont trouvé des moyens et des formes pour matérialiser une certaine fugacité, quelque chose qui échappe, comme le mouvement ou le temps qui passe. Les œuvres suggèrent toutes deux l’envers de l’endroit, les traces, le contour. Des préoccupations qu’on oserait qualifier de féminines. Leur façon à chacune de convoquer le tissu, les travaux d’aiguille, relève d’ailleurs d’une même prise de position vis-à-vis d’un monde artistique largement occupé par les hommes -même si le constat était encore plus criant du temps de la jeune Lourdes Castro, qui décidait d’ériger la broderie, pratique mineure et sans caractère, comme un étendard féminin à qui elle offrait un langage nouveau. Ulla von Brandenburg dévoile aussi son attrait pour le pouvoir sensuel et affectif des tissus, qu’elle filme, met en scène, tend sur les murs pour transformer les pièces en écrins théâtralisés, décolore en créant l’empreinte au chlore d’un objet magnifié. Elles se réapproprient un matériau et des techniques mésestimés, inventant des façons d’imposer une mémoire et un genre culturellement effacés.

Quête de l’instant

Ombres & Compagnie est la première exposition monographique française de Lourdes Castro. Anne Bonnin, qui en assure le commissariat, a conçu un parcours chronologique, depuis les débuts de l’artiste, qui a quitté son île natale de Madère à 20 ans, jusqu’aux années 90. Les périodes et les supports varient, et c’est l’œuvre (ici relativement méconnue) d’une femme pleinement intégrée à l’esprit cosmopolite et avant-gardiste de son milieu que l’on découvre. Très libre et intuitive, elle ne s’enferme pas dans une « bonne idée », et les séries se succèdent, sans retours en arrière. Il en ressort une quête souvent ludique, toujours limpide, de l’instant. C’est en 1964 qu’elle adopte le plexiglas qu’elle peint, découpe ou sérigraphie pour ses Ombres portées, contours de ses proches attrapés main levée. Avec des couleurs très pop, les personnages surgissent, en plusieurs couches, créant elles-mêmes leur propre ombre sur le mur –feuilletés à la fois nets et troubles d’un vide habité. Pour ses Ombres couchées, présentées verticalement, elle brode des corps endormis sur des draps blancs, flottants, fantomatiques, dont on fait le tour, rendus témoins d’une intimité domestique douce et troublante. Ombres de bouquets, impressions photosensibles de plantes, livres d’artiste à la richesse plastique démultipliée jalonnent ce parcours parmi les présences évanescentes de Lourdes Castro.

Ulla von Brandenburg nous invite, avec L’hier de demain (commissariat Sandra Patron), à une stimulante déambulation dans un espace qu’elle met en scène avec de lourds rideaux qui délimitent les différentes salles, chacune dédiée à une atmosphère particulière. De l’une à l’autre, des murs tendus de tissu, portant la trace de tableaux disparus. Une histoire se raconte dans ces contours, mystérieuse et atemporelle, le temps s’est enfui, les modes ont changé. Sur des tables suspendues par des câbles, une multitude d’objets poursuivent le récit. L’artiste expose ses supports d’inspiration : des images, des cartes, des rubans, une infinité d’indices qui nous emmènent dans des contrées qui confondent l’inconscient (collectif) et l’imaginaire de chacun. La dernière pièce est un sommet d’émotion visuelle. Un film de 16 minutes, où défilent, sur une musique envoutante, des pans de tissus qui traversent l’écran, fluides, habités d’une présence invisible, alourdis des coutumes, des fêtes et des quotidiens qu’ils renferment.

ANNA ZISMAN
Mars 2019

Ombres & Compagnie, Lourdes Castro
L’hier de demain, Ulla von Brandenburg
jusqu’au 2 juin
Musée régional d’art contemporain, Sérignan
04 67 17 88 95 

légende : Sans titre, Lourdes Castro, 1966. Peinture sur plexiglas, 94 × 75 cm. Collection Victor Pinto da Fonseca (Portugal)


Mrac
146 avenue de la Plage
34410 Sérignan
04 67 32 33 05
http://mrac.laregion.fr/