Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Victor ou les enfants au pouvoir, chef-d’œuvre surréaliste de Roger Vitrac adapté par Frédéric Poinceau à La Criée

Vitrac sensible

• 11 mars 2015⇒18 mars 2015 •
Victor ou les enfants au pouvoir, chef-d’œuvre surréaliste de Roger Vitrac adapté par Frédéric Poinceau à La Criée - Zibeline

Victor ou les enfants au pouvoir est rare au théâtre. Chef-d’œuvre de Roger Vitrac, la pièce surréaliste, écrite dans les années 30 mais montée après guerre par Anouilh, a déjà quelque chose de «l’absurde» des années 50 : les personnages ont des corps démesurés (Victor a 9 ans mais mesure 1,80 m), leur usage de la langue a des ratés, et leurs places sociales schématisent celles du vaudeville. Ingrédients que l’on retrouvera chez Ionesco, et qui ont valu à Vitrac des mises en scène où l’on oubliait la cruauté d’Artaud, avec qui pourtant il fonda le théâtre surréaliste…

Frédéric Poinceau oublie cette tradition, et replonge dans le texte, pour y retrouver des personnages dotés d’une profondeur et de motivations que l’on devine, et qui sont de l’ordre de l’inconscient. Ainsi Victor n’est pas seulement un enfant trop intelligent et tapageur, c’est un être qui comprend et qui souffre, qui rêve, qui raconte, et qui meurt. Le père est compulsif, la maîtresse est hystérique, le général pervers, et un fou révèle dans ses délires la folie politique du temps, où Pétain héros de guerre devient le traître que l’on sait. Du coup le comique se fond dans la tragédie, la folie domestique devient politique, et la mise en scène s’affranchit de l’esthétique de l’époque pour donner une vision contemporaine, où les didascalies sont dites, où le jeu s’expose, à table, au micro, à nu : les petites histoires d’adultère qui parodient le vaudeville parlent en fait de désir et de sexualité qui dérange, comme cette sublime Ida qui pète tragiquement, puante et superbe métaphore de la mort. Si les enfants prennent le pouvoir, c’est en montrant combien les adultes sont dépassés par leur désir. Et s’ils meurent, c’est d’incapacité à vivre le leur, dans une société violente qui ment et leur distribue des gifles et des coups de fouets, et trouve le repos dans le laudanum et le suicide.

AGNÈS FRESCHEL
Mars 2015

Victor ou les enfants au pouvoir est joué jusqu’au 18 mars à la Criée, Marseille

Photo : Victor ou les enfants… -c- Christine Ledroit Perrin


La Criée
30 Quai Rive Neuve
13007 Marseille
04 91 54 70 54
http://www.theatre-lacriee.com/