Vu par Zibeline

Katia Kabanova: un beau succès à l'Opéra Grand Avignon

Vipère au poing

Katia Kabanova: un beau succès à l'Opéra Grand Avignon - Zibeline

La Kabanicha est une Folcoche majuscule : sournoise, calculatrice, d’une cruauté sans nom -elle veut faire enterrer sa belle-fille vivante-, un cœur de pierre dans un gant d’acier.

Rigide dans sa robe mauve, qui tranche avec l’austérité des décors, Marie-Ange Todorovitch incarna ce rôle à la perfection, vociférant tout au long de l’opéra, éructant sa haine dans des phrases longues, saccadées, proches du parlé, comme les aime le grand compositeur tchèque Leos Janáček. Droite dans ses bottes, elle distillera cette haine avec une égale intensité, du début jusqu’à la scène finale, quand Katia Kabanova mettra un terme à sa vie. Car la vie de Katia, est un drame splendide, d’une noirceur absolue, d’une effroyable beauté ! Exécrée par sa belle-mère, repoussée par son faible mari Tikhon (Yves Saelens), éprise d’amour pour Boris (Florian Laconi, parfait dans son rôle d’amoureux romantique), son destin est tout tracé, rythmé par le cours de la Volga. Acteur essentiel de ce drame, le fleuve rythmera la pièce et sera, très justement, au centre de la mise en scène, dépouillée, mais magnifique, de Nadine Duffaut. Belle et ondoyante quand musent les amoureux, Varavara (Ludivine Gombert, une fois encore d’une belle élégance vocale), et Kudriach (Julien Dran, excellent tant vocalement que scéniquement), la Volga engloutira la belle Katia dans sa robe rouge-sang (Christina Carvin héroïque, dans un rôle éprouvant tant physiquement, vocalement redoutable, qu’émotionnellement). L’acmé de cette pièce -quand Varvara, Kudriach, et Katia avec son amant Boris, goûtent au plaisir de l’amour, batifolent, se rafraichissent avec l’eau du fleuve bientôt meurtrier- fut un pur moment de bonheur. Le maître tchèque montre ici tout son sens de la dramaturgie, de l’orchestration, délicieusement âpre, de la construction. Jean-Yves Ossonce, chef talentueux que l’on avait apprécié dans Hamlet, tira le meilleur de l’Orchestre Régional Avignon-Provence, la musique d’une expressivité sans pareille épousant les différents moments du drame. Les autres protagonistes, Nicolas Cavallier en tête, belle basse épaisse, mais également Sébastien Lemoine… contribuèrent à faire de ce premier opéra de la saison un succès qui ne restera certainement pas sans lendemain.

CHRISTOPHE FLOQUET
Janvier 2017

Katia Kabanova a été donné à l’Opéra Grand Avignon les 27 et 29 novembre

Photo : Katia Kabanova Cédric Delestrade © ACM-Studio


Opéra-Théâtre du Grand Avignon
1 Rue Racine
84000 Avignon
04 90 82 81 40
http://www.operagrandavignon.fr