Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

Retour sur In spite of wishing and wanting, de Wim Vandekeybus, présenté aux Salins à Martigues

Vingt ans après

Retour sur In spite of wishing and wanting, de Wim Vandekeybus, présenté aux Salins à Martigues - Zibeline

La scène nationale de Martigues accueillait In Spite of wishing and wanting, un spectacle de Wim Vandekeybus qui a bouleversé la scène chorégraphique en 1999

En matière de spectacle vivant, que vaut le souvenir ? Si l’expérience du « live » est si précieuse, c’est qu’on ne peut mettre sur pause ni revoir, une seconde fois, le même spectacle. Ce qui crée une intimité particulière avec l’œuvre, qui dépend profondément de l’état présent du spectateur.

In Spite of wishing and wanting, pièce masculine du chorégraphe flamand, avait été un choc. Parce que la danse y était à la fois théâtrale et musclée, acrobatique, souvent au sol, qu’elle empruntait à des postures animales, instinctives, ébrouées, sensuelles.

Entre hommes. Parce que la bataille y côtoyait les effusions, parce qu’on n’avait jamais vu les corps d’hommes danser ainsi, à l’unisson mais aussi au contact, dans des élans communs, des embrassements. Depuis 1999 tous les corps se sont mis à danser ainsi, avec cette énergie et cette précision, en tournant et s’effondrant, souples et ancrés au sol, à toute allure. Les danseurs contemporains ont, depuis 20 ans, fait des progrès techniques sidérants, et la nouvelle équipe danse mieux encore, sans effort apparent, encore plus ensemble, encore plus vite, encore plus largement.

Mais la surprise passée, et l’habitude prise de voir des corps danser ainsi, danser autant, laissent de la place pour entendre les textes, qui alignent des lieux communs, sur la sauvagerie naturelle et le nécessaire dressage des instincts (masculins ?). Qui sont mal dits, hurlés ou trop sonorisés, pas toujours traduits, et dont les effets comiques tombent à plat quand ils ne sont pas portés par les corps.

Mais la salle comble des Salins a applaudi à tout rompre, longtemps : décidément l’expérience du spectacle vivant est intime, et difficilement réitérable.

AGNÈS FRESCHEL
Décembre 2017

In spite of wishing and wanting a été dansé le 28 novembre aux Salins, Martigues

Photo : © Danny Willems

 


Théâtre des Salins
19 Quai Paul Doumer
13692 Martigues
04 42 49 02 01
www.les-salins.net