Goldoni au Théâtre d'Arles

Villégiat’…Vu par Zibeline

Goldoni au Théâtre d'Arles - Zibeline

En ce mois de décembre il a fallu aller jusqu’aux frontières de la région PACA pour voir un peu de théâtre dit «de texte». C’est-à-dire cette espèce en voie de disparition alors qu’elle remplit les salles et réjouit les esprits… Bon. Goldoni joué par une bande de jeunes acteurs voilà un projet qui a de quoi séduire, d’autant qu’ils sont emmenés par Thomas Quillardet qui veut «décrasser» le texte (ce qui dit aussi comment le monde du théâtre lui-même voit le texte !).

Pour illuminer (mieux non ?) un texte d’une lecture nouvelle il faut le faire entendre, quitte à le bousculer. La jeune troupe concentre la trilogie et coupe tout le troisième volet… qui contient la résolution du propos. Car la trilogie de la Villégiature, composée de la farce du Départ, de la comédie sentimentale des Aventures, puis du drame bourgeois du Retour, ne peut s’interrompre aux deux tiers de la course… sans que la folie dispendieuse d’une nouvelle bourgeoisie marchande qui maltraite le petit peuple des artisans ne soit évoquée dans ses conséquences, c’est-à-dire le sacrifice des femmes et de l’amour, et le retour d’une classe oisive au travail !

Le défaut d’inexactitude serait peu de chose si la jeune troupe construisait un sens nouveau, contemporain, qui relie notre monde à celui-là… Or la crise économique que vivent ces bourgeois n’a rien à voir avec la nôtre, où les riches ne cessent de s’enrichir malgré leurs dispendieuses folies. Et puis l’hystérie de Vittoria, l’aspect revêche à l’emporte-pièce de Giacinta, les cafouillages fréquents sur le texte, ne servent pas la mécanique, par ailleurs remarquablement relayée par l’ingéniosité d’un décor transformiste…

Reste aussi aux spectateurs d’entendre Goldoni dans une traduction qui sait s’emparer de notre langue populaire. C’est ce qu’il y a de bien, avec le théâtre «de texte» : on y gagne toujours quelque chose !

AGNÈS FRESCHEL
Janvier 2012

Villégiature a été joué au théâtre d’Arles les 18 et 19 décembre

Théâtre d’Arles
43 rue Jean Granaud
13200 Arles
04 90 52 51 55
www.theatre-arles.com