Peste & Choléra de Patrick Deville

Vie d’Alexandre Yersin

Peste & Choléra de Patrick Deville - Zibeline

Un prénom de conquérant et une destinée unique en son genre, de la Suisse vaudoise aux rivages indochinois… Le découvreur du bacille de la peste est suivi pas à pas par Patrick Deville, “fantôme du futur” bien documenté, usant de phrases aux raccourcis un peu maniérés, d’une prose parfois hâtive, à laquelle on s’habitue vite cependant, au point d’apprécier son humour et d’y trouver un grand charme. Car un autre parcours se dessine en filigrane, celui d’Arthur Rimbaud, et certaines formules puissantes vous arrêtent en pleine lecture : “…la houle épaisse et molle, que la proue pousse devant elle comme une moue”.

Pourtant Patrick Deville estime que son livre n’aurait pas trouvé grâce aux yeux de Yersin, scientifique raffolant de modernité, qui ne plongea que sur le tard et fort discrètement dans les délices de la littérature antique. Il est vrai que son roman dresse le portrait d’un homme solitaire, fuyant les émotions… comme la peste, ou en tous cas ayant un goût marqué pour ce qui s’observe derrière l’oculaire d’un microscope. Mais le romancier décrit avec un tel envol l’échappée du pupille de Louis Pasteur promis au mandarinat et choisissant plutôt de courir la jungle, rattrapé par les échos de la politique, de la colonisation et des guerres mondiales, l’épopée naïve d’une époque où “la nature n’est pas encore une vieillarde fragile qu’il faut protéger, mais un redoutable ennemi qu’il faut vaincre”, que l’on peut se permettre de douter du côté terre à terre de Yersin !

GAËLLE CLOAREC

Août 2012

 

Patrick Deville sera présent aux Correspondances de Manosque à partir du 26 septembre

 

 

Peste & Choléra

Patrick Deville

Seuil, 18 €