Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub Journal Zibeline - bannière pub
Vu par Zibeline

À la trace au Théâtre des Salins, une pièce d'Alexandra Badea

Vertige de la liberté

Vérifier les jours off sur la période
À la trace au Théâtre des Salins, une pièce d'Alexandra Badea - Zibeline

Est-ce une intuition qui lance Clara à la recherche d’une femme, une inconnue, dont elle retrouve la carte d’électrice au nom d’Anna Girardin, au milieu de babioles insignifiantes dans un sac à main, après la mort de son père ? Curieuse de savoir qui elle est, parce que son père a gardé ce sac à la cave toutes ces années, elle part à la rencontre de celles qui portent ce nom, dont elle a retrouvé la trace. Parallèlement à cette quête intime, se dévoile l’histoire d’une femme, perpétuellement en déplacement, dont la vie est rythmée par « les hôtels, les amis virtuels et les histoires d’un soir ». Les discussions qu’elle aura avec les uns et les autres seront autant de cailloux semés sur le chemin de la vérité, indices révélateurs d’une vie de fuite faite d’oublis et de reconstructions fragiles.

Anne Théron met en scène la pièce écrite à sa demande par Alexandra Badea, texte dense qui interroge les relations mères-filles, et plus largement la place de la femme au sein d’une société qui la définit avant tout comme mère. La grand-mère et la mère qui affrontent ici leur destin ont failli, elles n’ont pas pu assumer cet amour trop lourd à donner à une enfant, ont refusé le sacrifice au bénéfice d’une sensation de liberté, devenue finalement lourde à porter. Pour dévoiler ce récit kaléidoscopique quatre actrices formidables : Liza Blanchard (Clara, la fille), Nathalie Richard (Anna, la mère), Maryvonne Schiltz (Margaux, la grand-mère) et Judith Henry (toutes les Anna rencontrées). À ces quatre voix qui tissent le fil de quêtes identitaires différentes se mêlent celles des hommes (Yannick Choirat, Alex Descas, Wajdi Mouawad et Laurent Poitrenaux) rencontrés par la « vraie » Anna depuis sa fuite, présents par écran interposé, opérant un va-et-vient haletant entre mensonges et vérités.

Clara ira jusqu’au bout, « parce que la route est belle ». Le clap de fin ne dit pas autre chose, mais ceci est une autre histoire…

DOMINIQUE MARÇON
Décembre 2018

À la trace a été joué les 6 et 7 décembre au Théâtre Les Salins, Martigues

Photo : A la trace -c- Jean-Louis Fernandez


Théâtre des Salins
19 Quai Paul Doumer
13692 Martigues
04 42 49 02 01
www.les-salins.net